Le Petit OFF vol. 2 : le retour du plaisir de découvrir

LUMIÈRE – Photo : Jacques Boivin

9 juillet

Inner Odyssey

Inner Odyssey – Photo : Jacques Boivin

J’étais arrivé à la toute fin du show précédent (Kid Kouna) où il y avait plein d’enfants. Pas besoin de vous dire que la crowd a changé avec l’arrivée d’Inner Odyssey. Le quintette de Québec (Vincent Leboeuf-Gadreau, Mathieu Cossette, Étienne Doyon, Alex Rancourt et Cédric Lepage) a beau tout faire pour rajeunir l’image du prog, on va se le dire honnêtement, il attire quand même son lot de boomers et de X de la première vague.

Cela dit, c’est pas parce que le prog est un genre populaire auprès de la génération de mes parents (et j’ai 48 ans) que ça en fait de la musique ringarde, comme le démontrent les chansons bien ficelées – mais surtout extrêmement bien exécutées – d’Inner Odyssey. Bien que les trames mélodiques soient fortement inspirées par les années 1970, on y reconnaît de nombreux éléments électro et indie qui nous rappellent que nous sommes bel et bien en 2021, surtout que les sujets abordés dans les chansons sont très actuels. (Jacques Boivin)

Q052

Q-052 – Photo : Jacques Boivin

J’pense que j’étais pas prêt à ça. Quand le rappeur mi’gmaq gaspésien Q052 est débarqué avec son band The French Connection, j’ai comme reçu une succession de claques sur la gueule. Parce que Quentin Condo n’a pas la langue dans sa poche. Quand il rappe, il ne vient pas nous dire qu’il est le king de la péninsule. Il vient revendiquer. Pour les femmes. Pour les jeunes. Contre l’appropriation culturelle. Contre l’exploitation. Un texte percutant après l’autre. Ça fait mal. Mais aussi parce qu’il est accompagné d’un groupe solide qui rend la pilule beaucoup plus facile à avaler.

Si sur Qama’si (son plus récent album), le hip-hop de Q052 est clairement old-school, ce qui lui permet de se démarquer parmi la masse de trappers qu’on retrouve présentement, sur scène, on croirait un mélange de The Roots (pour les mélodies) et de Rage Against the Machine (pour le mordant). J’aime mon rap full band et The French Connection est venu combler tous mes désirs. Ajoutez à ça l’énergie incroyable de Q052 et il devient impossible de ne pas se garrocher en avant pour danser avec le rappeur. En prime, on a eu droit à quelques verses de Sensei H pas piqués des vers (va falloir qu’on la surveille elle aussi, j’ai ben aimé son rap très franchouillard qui se distingue lui aussi du rap québ qu’on entend partout ces temps-ci).

Une christie de belle fin de soirée. (Jacques Boivin)

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *