Limoilou en musique – Place limouloise, du 7 au 9 juin 2019

KNLO – Photo : Jacques Boivin

9 juin

On allait finir Limoilou en musique comme on l’avait commencé : sous le soleil. Et avec deux beaux artistes tout à fait différents (comme on l’a remarqué pendant la pause, alors que le public s’est pas mal renouvelé), il y en avait pour les jeunes et les moins jeunes…

Jérôme 50

Jérôme 50 – Photo : Jacques Boivin

Jérôme 50 a mis le paquet pour cette petite prestation fort sympathique aux airs de camp de vacances. Et vous le savez, Jérôme aime les camps de vacances, même si ça fait 15 ans qu’il n’y a pas mis les pieds. Le genre de camps de vacances où tout est permis, même le fait de chanter des comptines à des adultes!

Parce que oui, en plus de ses tounes de La Hiérarchill, notre ami Jérôme s’est lancé dans les Boum-a-chick-a-boum et autres Trois petits chats qui nous ont bien fait rire. Accompagné de son super band de course complet (l’énergique Simon Kearney à la guitare, le flamboyant Martin Plante à la basse, le métronomique Simon Lachance à la batterie, le digital Nathan Vanheuverzwijn aux claviers et le polyvalent Philippe Gagné au trombone et à la flûte traversière – et probablement 38 autres instruments qu’il a joués en cachette en faisant la vaisselle), Jérôme s’est même payé un petit plaisir : un petit choeur d’enfants pour l’accompagner sur quelques morceaux!

Une heure de belle folie inoffensive avec le meilleur moniteur de camp de vacances au monde, ça se prend très bien.

Damien Robitaille

Damien Robitaille – Photo : Jacques Boivin

Pour planter le clou de cette magnifique fin de semaine, on a fait appel à un autre nom très en demande, soit le Franco-Ontarien Damien Robitaille et ses chansons pop-soul-bon enfant qui plaisent aux jeunes femmes de 7 à 77 ans. Si, sur disque, l’auteur-compositeur-interprète est souvent un brin inoffensif avec ses chansons rigolotes remplies de petits jeux de mots, sur scène, il devient un monstre, même debout derrière son clavier. Robitaille nous a offert une prestation axée sur son dernier album Univers parallèles, mais il ne s’est pas gêné pour puiser un peu partout dans son répertoire. Un des trucs que j’aime le plus de Robitaille, c’est qu’il laisse beaucoup de place à ses musiciens, comme en témoigne sa place, un peu en retrait, sur la scène. Oui, bien sûr, nos yeux sont plus souvent qu’autrement braqués sur le (pas si) jeune homme, qui a un magnétisme plus qu’évident, mais c’est le fun de bien voir tout le monde s’amuser avec Damien.

Une belle façon de terminer une aussi belle fin de semaine.

On a déjà hâte au printemps prochain.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *