Limoilou en musique – Place limouloise, du 7 au 9 juin 2019

KNLO – Photo : Jacques Boivin

8 juin

Chaque événement qui présente un certain nombre d’artistes en quelques jours finit par avoir une proposition un peu étrange en quelque part dans sa programmation. C’était le cas aujourd’hui, alors que le tango allait se mélanger au rock St-Prime Style. Ça a fait un pas pire clash, d’ailleurs…

Los Gatitos Tangueros

Los Gatitos Tangueros – Photo : Jacques Boivin

Voilà un exemple d’une formation qui aurait vraiment gagné à être programmée le lendemain, en première partie de Damien Robitaille. Pas que Los Gatitos Tangueros soient mauvais, bien au contraire. Mais leurs chansons et leurs reprises tango fittaient plutôt mal dans cette foule de trentenaires et de jeunes quadras venus se faire brasser.

C’est dommage, parce que leurs chansons étaient fort joliment interprétées. Y’avait beaucoup d’entrain derrière les lutrins et le trio sait ce qu’il fait. Anne-Christine Foisy fait glisser son archet avec tendresse, Olivier Garand pince les cordes de sa contrebasse avec fougue et en plus d’avoir une voix des plus efficaces, Christian Roberge gratte sa six cordes avec passion. On pense juste qu’on aurait vu plus qu’une poignée de couples danser si on avait inversé Jérôme et les chatons.

Galaxie

Galaxie – Photo : Jacques Boivin

Y’a des groupes, comme Galaxie, qu’on voit tellement souvent qu’on peut presque prévoir la liste des chansons au programme à l’avance. C’est pas méchant, c’est juste un groupe qui aime donner à ses fans exactement ce qu’ils veulent. Mais ce samedi soir, on n’était pas vraiment en pleine tournée Super Lynx Deluxe, on était un petit samedi soir tranquille de juin, dans un quartier qui compte une des plus grandes diasporas bleuettes et une des plus grandes concentrations d’amateurs de rock franco au Québec. Ça pouvait pas être un de ces shows un peu prévisibles où tout était rodé au quart de tour, non madame.

D’ailleurs, pour bien nous faire sentir qu’à soir, c’était différent, pas de déguisement pour les gars, pas de stroboscopes à profusion, juste cinq gars pis une fille qui s’amusent en jouant du rock. Et qui le jouent à la perfection, anyway. On s’est promené dans le répertoire en se concentrant surtout sur les trois derniers albums, plus sucrés et cohérents, au bonheur des plus jeunes, mais les fans de la première heure ont eu aussi de quoi se mettre sous la dent.

Une visite attendue (c’était leur première à Limoilou en musique, leur dernière présence dans le quartier remonte au début des années 2000… avec un show au Bal du Lézard!) qui a satisfait même les plus difficiles d’entre nous.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *