Festival Santa Teresa – 20 et 21 mai

Jeudi et vendredi dernier, ecoutedonc.ca s’est rendu à Santa Teresa pour le premier festival en personne de l’année. Dans l’église Sainte-Thérèse-d’Avila, iels ont pu apprécier les spectacles de Jerusalem In My Heart, Flore Laurentienne, Magi Merlin et Kallitechnis. Leur compte rendu juste ici!

20 MAI – JERUSALEM IN MY HEART

Jerusalem in my Heart a offert un spectacle conceptuel et immersif avec ses fidèles projections sur pellicules 16 millimètres. Ce projet expérimental et introspectif s’harmonisait à la perfection avec la sérénité des lieux. Ayant déjà pu apprécier l’œuvre de Radwan Ghazi Moumneh auparavant, pouvoir le retrouver en spectacle pour ma première représentation en personne depuis des mois a été un véritable bonheur. L’artiste solo a présenté une performance hybride de musique ambiante et expérimentale, en passant des manipulations électroniques aux instruments traditionnels du Moyen-Orient. Il nous a présenté plusieurs pistes, dont les superbes Istashraqtak, Sa’at et Ana Lisan Wahad.

Crédit photo : content content

20 MAI – FLORE LAURENTIENNE

C’était ensuite au tour du somptueux projet néo-classique de Flore Laurentienne d’entrer sur scène. Mathieu David Gagnon, accompagné d’un quatuor à cordes et de deux percussionnistes, a ouvert le bal avec la pièce Fleuve No 1. Dès les dernières notes de cette ouverture, la foule applaudissait déjà chaudement. Pouvoir entendre en live les titres de l’album Volume 1, tant acclamé par la critique, a assurément charmé le public. J’ai même entendu quelqu’un chuchoter avec admiration : « Chaque fois que je vois Flore Laurentienne en spectacle, je pleure! ». Tout au long du spectacle, les arrangements de cordes se mariaient parfaitement aux mélodies et aux synthétiseurs vintages. Mathieu a pris le temps de discuter doucement avec les gens présents, exprimant sa gratitude d’être enfin sur scène et racontant l’histoire derrière les pièces jouées. La soirée s’est terminée avec Fleuve No 3, alors que touste se sont levé.e.s de leur banc d’église pour applaudir l’immense talent de Flore Laurentienne.

Crédit photo : content content

21 MAI – MAGI MERLIN

Magi Merlin, artiste montréalaise de R&B et néo-soul, a ouvert la soirée du vendredi en nous mettant tout de suite dans un bon mood.  Son énergie et son authenticité étaient palpables : elle semblait prendre un plaisir fou à performer sur scène. On a eu du mal à entendre les paroles au fil de la performance, mais elle en est restée tout de même très agréable à entendre. Ses créations musicales uniques proposent une introspection explorant sa propre identité raciale, l’amour et la croissance personnelle. Magi Merlin a pris le temps de parler au public entre chaque chanson, introduisant les thèmes abordés ou les conditions de réalisation des pièces. L’artiste nous a présenté pour la première fois sur scène la chanson Fuck Angel, en mentionnant à la blague se sentir un peu mal de chanter ce titre dans une église. Sur Mock Meat, on a pu entendre la voix luxuriante, sensuelle et vulnérable de Merlin. Pissed Black Girl (BLM) a été le point culminant du spectacle, alors que les spectatrices.eurs se laissaient emporter par la musique et la puissance des paroles.

Crédit photo : content content

21 MAI – KALLITECHNIS

Dès son entrée flamboyante sur scène, on a pu voir que Kallitechnis a tout ce qu’il faut pour réussir sa carrière musicale. Au-delà d’un indéniable talent et d’une maîtrise vocale remarquable, c’est avant tout son charisme qui fait d’elle une artiste captivante. Kallitechnis, de son vrai nom Cassandra Kouremenos, a livré vendredi un spectacle indéniablement réussi. Le titre Untouchable a été notablement marquant, alors que la foule chantait les paroles et que quelques courageuses.eux dansaient librement, debout devant leur banc d’église. Kallitechnis chante sa perception de la vie et de son expérience en tant que femme avec force et vulnérabilité. Il était difficile de percevoir qu’il s’agissait de son premier spectacle en plus d’un an et demi, mais on a bel et bien pu ressentir l’émotion lorsqu’elle a versé quelques larmes à la toute fin du spectacle, sur les dernières notes de la piste Raining.

Crédit photo : content content
Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *