Vitrines St-Roch XP – Vendredi 21 mai 2021

Valence – Photo : Nicolas Padovani

C’est vendredi dernier qu’avait enfin lieu les vitrines de St-Roch XP. L’évènement initialement prévu pour le début avril avait dû être reporté pour cause de mesures sanitaires «rouge foncé». Malgré toutes les contraintes actuelles, l’équipe nous avait préparé 12 vitrines d’une trentaine de minutes présentées sur quatre soirs.

Sur l’évènement Facebook, on indiquait que la soirée débutait à 18h30. À 18h20, la salle était encore relativement vide. Est-ce que le public aurait confondu début du spectacle et ouverture des portes? Dans tous les cas, à la dernière minute, l’Impérial Bell d’une capacité réduite à 108 personnes s’est rempli juste à temps pour le lancement de cette édition intimiste.

Pastel Barbo

Pastel Barbo – Photo : Nicolas Padovani

S’installant devant cette salle encore incomplète, c’est Pastel Barbo qui a ouvert le bal. Formé de quatre musiciens de la ville de Québec, le groupe a lancé son tout premier EP, Matière Grise, au tout début de la pandémie. «Ça fait un an et demi qu’on pratique pour ce show-là» ont-ils d’ailleurs lancé avec humour avant de partager leur joie d’enfin présenter leur projet devant public.

Malgré que Pastel Barbo en soit encore à ses premiers balbutiements, le programme a débuté avec Brouhaha, une nouvelle chanson qu’on a pu entendre préalablement au Phoque Off virtuel de février dernier. Tout le long du programme, la guitare chantait et les drums résonnaient pour nous livrer un rock psyché tout en harmonique pour se terminer avec Calorifère, une pièce dansante aux envolées planantes.

On va se le dire, la qualité de la performance était au rendez-vous et l’an et demi de pratique a porté fruit. Espérons pouvoir les revoir d’ici la fin de la saison estivale!

Valence

Valence – Photo : Nicolas Padovani

Vincent Dufour et son équipe du tonnerre sont montés sur scène plogués sur le 220. On sentait leur énergie et leur joie de se produire devant public. «On est fucking excité» affirmait Vincent alors qu’Alexis sautait partout entre les riffs de basse et les synthés. On a l’habitude de voir la gang rayonner sur scène, mais ce soir-là, il y avait un petit je-ne-sais-quoi supplémentaire. On ne peut d’ailleurs pas passer sous silence le naturel de Vincent à communiquer avec son public, l’impliquant dans ses chansons et créant ainsi une expérience forte et unique. Chaque fois, je suis impressionnée de voir à quel point l’amour circule à double sens entre Valence et son public.

Pour ce qui est du programme, on a eu droit à America en ouverture, une nouveauté à paraître sur leur prochain album. Ils ont également revisité les arrangements de Parasol, livré une superbe reprise de Le temps est bon d’Isabelle Pierre et nous ont donné envie de nous dévergonder sur La vie attend pas. Ma seule déception de cette vitrine? J’avais bien hâte d’entendre Jamais (j’aurais pensé) en version live, mais celle-ci n’était pas sur le setlist. Je vais donc devoir retourner les voir une fois de plus!

Sex Machine Octopus

Sex Machine Octopus – Photo : Nicolas Padovani

Après nos deux bands de Québec Cité, c’est Montréal qui s’invite en ville avec le rock indé de Sex Machine Octopus. J’avais déjà pu voir le groupe auparavant et les gars sont solides et livrent une performance à la hauteur. Toutefois, ce soir-là, les conditions n’étaient pas idéales pour pleinement profiter de l’expérience.

Il faut dire que je connais bien l’album Plastic Scene et que je savais quelles notes je devais entendre. Pourtant, pour une habituée, je devais me forcer pour bien discerner sous les basses imposantes et des percussions marquées les riffs de guitare et les subtilités sonores des percussions alternatives de Christophe Rosset Balcer. Dans une salle régulière, les basses et les percussions sont absorbées par le public, mais la salle distanciée de l’Impérial complexifiait les choses. J’imagine le casse-tête que devaient représenter les nombreuses textures rythmiques pour les techniciens sonores!

Il faut dire que si je n’avais pas eu autant de références, j’aurais probablement simplement apprécié le spectacle. Il en reste que leur prestation était à la hauteur et que les musiciens ont livré, comme à l’habitude, une solide performance qui me donne déjà envie de les revoir! Le programme qu’ils ont proposé ne comptait aucune nouveauté, espérons que le déconfinement saura amener la promesse d’un nouvel album!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *