Nos albums préférés de 2019

KNLO : Sainte-Foy

KNLO affirme sa présence en tant qu’artiste solo avec cet album coloré et réfléchi. Sainte-Foy aborde des thèmes accessibles sur des sonorités groovy, passant par les influences du hip-hop américain et des saveurs africaines. Les collaborations avec VLooper, Eman et Steeve Beezy font de Sainte-Foy un album puissant de la scène rap québécoise. (Danaé Maltais)

LaF – Citadelle 

La formation montréalaise LaF a lancé son premier album officiel cette année. Citadelle est un album rap alternatif dans lequel on retrouve des influences pop, soul, trap ainsi que R&B. Un collectif impressionnant comprenant des textes qui s’apparentent à de la poésie bien rythmée. (Danaé Maltais)

Pierre Lapointe – Pour Déjouer l’ennui

Dans sa grandissante discographie, peu d’albums, voire aucun, avaient été construits davantage autour de la guitare plutôt que son habituel instrument de prédilection. Ça lui réussit très bien. Les chansons sont délicates et magnifiques et ça donne un autre grand cru pour cet artiste qui est toujours resté incontournable. Toute son intelligence et son talent sont au service de ces pièces aux influences diverses, mais bien intégrées. Gros coup de coeur pour sa collaboration avec Hubert Lenoir, ainsi que son duo avec Clara Luciani. Essayer de hiérarchiser sa discographie s’avèrera encore plus compliqué. (Julien Baby-Cormier)

Laurence-Anne – Première apparition

Cet album de Laurence-Anne est une source très contagieuse de bonheur. Un album tissé avec une pop exigeante, mais ô combien satisfaisante, un univers plein de couleurs qui s’apprécie rapidement, mais qui exige de nombreuses écoutes pour être apprécié à sa juste valeur. Des beats envoûtants d’Instant Zéro à la touchante vulnérabilité de Poison, difficile de ne pas tomber follement amoureux de cet album. (Jacques Boivin)

Jean Leloup – L’étrange pays

Leloup nous étonnera toujours en allant là où on ne l’attend pas. Sur L’étrange pays, notre roi ponpon nous propose son oeuvre la plus brute et personnelle. Un dépouillement total qui fait la part belle aux textes bricolés par un des plus grands auteurs-compositeurs de l’histoire du Québec. Et une de ses plus belles chansons, Au jardin de ma mère, qui nous fait plein de noeuds dans l’estomac. (Jacques Boivin)

Robert Nelson – Nul n’est roé en son royaume

Bobby Nel faisait sa campagne présidentielle bas-canadienne en solo, pour la première fois. Résultat ? La «meilleure» galette du roé à saveur rap québ que t’auras mangé cette année. Ogden est d’abord arrivé avec Jacques Plante, un premier single-banger capoté ben raide. Pour le reste, pas de Mastercard mais une maudite belle famille. KNLO, Caro Dupont, Claude Bégin et Eman signent les productions de la moitié de l’album alors qu’on retrouve aussi une collabo de Koriass. Je pourrais dire bien des niaiseries insignifiantes mais je le ferai pas, vous irez écouter le long jeu ma gang de minces. (Gabriel Tremblay)

Angel Olsen – All Mirrors

Je suis plutôt allergique aux claviers et à la pop facile. Olsen après une série d’albums qui alliait folk et rock présente un bijou de pop sophistiqué où les claviers et les arrangements de cordes se côtoient et se mélangent dans ce brillant et émouvant amalgame d’émotions et de beauté. Comme plusieurs grands albums, les écoutes répétées sont nécessaires pour tout absorber… (Julien Baby-Cormier)

Oromocto Diamond – IV IL IT IR NI TI

Sam Murdock c’est tellement de choses à la fois que je ne peux pas résumer ici. Mais si tu veux une idée du bonhomme, cet album d’Oromocto Diamond est sans doute le patchwork parfait de ce qui se passe dans sa tête. Super-héros punk et hyperactif, il est Entertainment dès qu’il compte jusqu’à 4. (Nicolas Padovani)

Georges Ouel – Les monomanies du bonheur, face A

On est tombés amoureux de Georges Ouel au Cabaret Festif! de la relève. Avec lui, on ne se casse pas la tête, monsieur Ouel fait de la chanson. À texte. Pense à Brassens, sacre-le à Saint-Hyacinthe pis BANG! T’as Ouel. Capable autant de chanter avec un accent franchouillard que de nous raconter que le jogging, c’est pas pour lui (sublimissime Douze canettes). On rit, on sourit, on réfléchit. Surtout, on ralentit. Magie. (Jacques Boivin)

Pomme – Les failles

La jeune artiste témoigne de ses « failles » à travers 11 titres. Sur cet album réalisé avec Albin de La Simone, Pomme explore l’art de l’expérimentation instrumentale et vocale. Elle signe un album si intime que je conseille une écoute en solitaire pour saisir toutes les nuances qu’elle a su manier avec précaution. (Charline Clavier)

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *