Festival de musique émergente en Abitibi-Témiscamingue – Compte rendu, 30 août au 2 septembre 2018

Karkwatson – Photo : Jacques Boivin

Conclusion

Je me préparais à écrire une longue conclu. Vous dire combien le FME est un rendez-vous incontournable (encore plus quand on baigne dans le milieu). À quel point j’ai de magnifiques souvenirs de Rouyn-Noranda, de ses gens, des ses rues bosselées. Je sais que Gabriel va se rappeler longtemps de ses brosses en continu (moi, j’ai arrêté de boire après avoir manqué le pool party de Bonsound… on apprend de ses erreurs).

Bien honnêtement, même si vous n’êtes pas dans le milieu, ce festival, c’est du bonbon. Un bonbon parfois difficile à avaler (c’est long, 13 heures de bus). Un bonbon parfois difficile à attraper (tsé, la rentrée des enfants…). Mais un bonbon pareil.

Allez-y au moins une fois dans votre vie, ça vaut VRAIMENT le détour. Et si vous n’avez pas les attaches du patron, allez-y donc tous les ans, comme Gabriel et Louis-Solem comptent faire, maintenant…

Ah pis même si on s’était promis de pas faire de galerie… EN VLÀ UNE JUSTE POUR VOUS REMERCIER D’AVOIR LU JUSQUE LÀ!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *