Festif! 2022 : Une Édition qui s’annonce du tonnerre!

Les Hôtesses d’Hilaire – Photo : David Sanchez

Armée de ses bagages et de toute sa bonne humeur, l’équipe a pris la très confortable navette gratuite partant de l’Université Laval en direction du Festif!. L’agréable conducteur d’Intercar a amené jusqu’à destination la vingtaine de personnes surexcitée et prête à vivre une fin de semaine surréelle. L’équipe était composée pour l’occasion de David Sanchez à la photographie et de Vincent Thibault et de Mona Déry-Jacquemin à la rédaction. 

Edith Butler

Edith Butler – Photo : Caroline Perron

Elle n’a peut-être plus 20 ans depuis très longtemps, mais Edith Butler a montré qu’elle en avait encore dedans! La grande Acadienne et son groupe de petites jeunesses a lancé le volet musical du Festif avec panache sur la scène Loto-Québec.

Mme Butler a bien sûr joué quelques classiques, mais elle s’est surtout concentrée sur son plus récent album réalisé par Lisa LeBlanc (« Le tour du grand bois ») qui lui a donné un sapré coup de jeunesse. Ponctuée d’interventions à la fois drôles et touchantes, la généreuse prestation de l’artiste a su toucher les cœurs du public de 7 à 77 ans. Un cadeau légendaire.

(Jacques Boivin)

Pierre Kwenders

Pierre Kwender – Photo : Jay Kearney

Difficile de mieux amorcer un Festif! qu’avec une performance enivrante et sensuelle du flamboyant Pierre Kwenders.

Devant une foule prête à passer une fin de semaine hors du temps, l’artiste originaire du Congo et maintenant établi à Montréal a servi un cocktail de rythmes endiablés fortement inspirés du Coupé Décalé de son continent natal.

Le public n’en demandait pas tant pour se déhancher comme s’il n’y avait pas quatre autres jours de musique qui les attendait. Le look coloré et décomplexé de l’artiste, son charisme lumineux et ses pas de danse ont mis la table pour un festival qui s’annonce électrique.

(Vincent Thibault)

Les Hôtesses d’Hilaire

Les Hôtesses d’Hilaire – Photo : David Sanchez

Le ciel est houleux, mais la pluie se retient encore pour les Hôtesses d’Hilaire, que nous attrapons au vol sur la scène de la microbrasserie de Charlevoix. Les deux pieds dans le sable acadien, familles avec enfants côtoient les nombreux festivaliers dansants, le plaisir était palpable. Et du plaisir, il y en a avec les Hôtesses entre grandes envolées instrumentales, humour décalé et paroles engagées. Le père serait fier de voir son fils galvaniser la foule qui perd parfois l’équilibre sur le sol instable. C’est sur une finale magistrale où la pluie se mêle à la sueur et Serge Brideau à la foule, que le groupe nous laisse.

(Mona Déry-Jacquemin)

On est pas faite en sucre  ! 

Serge Brideau à la foule qui danse sous la pluie torrentielle. 

Frederico Albanese

Federico Albanese – Photo : Ludovic Gauthier

C’est un retour au sec pour mieux repartir en vadrouille en fin de soirée! Je me dirige vers la salle multi de l’hôtel Charlevoix pour Frederico Albanese et l’enchantement de son piano. C’est les yeux fermés, pris en berceuse par la musique que j’ai vécu ce spectacle d’une douceur infinie. Entre mélancolie et espoir, les sonorités venait nous envelopper complètement. Le musicien, fringuant malgré le décalage horaire, jouait avec tout un système de loop et de sons électroniques qui venaient complémenter le piano à merveille. Celui qui était très heureux de découvrir notre beau coin de pays, nous a livré une abondance de talent qui s’est mérité une ovation des festivali.ère.er.s ému.e.s.

(Mona Déry-Jacquemin) 

Urban Science Brass Band

Urban Science Brass Band – Photo : Jay Kearney

Sur le retour je tombe sur un spectacle surprise près du garage du curé avec le groupe Urban Science Brass Band, une fanfare hip-hop qui met le feu à la foule agglomérée autour. Des interprétations de classiques au saxophone, tambour, tuba, trombone et rap font danser une foule euphorique d’être tombée sur ce petit bijou de musique. Après une ballade digne des plus grands défilés, gérant au passage le mieux possible quelques individus intoxiqués manquant de peu de tomber de peu sur les musiciens, c’est sur le perron funèbre que la virée s’arrête dans une joie aussi contagieuse qu’un variant.

Je pars me coucher sur les notes lointaines de Daddy Long Legs, laissant mon amour de photographe faire le party sous une autre averse, pendant que je vais écrire sur la terrasse et prendre des forces pour les prochaines journées qui s’annoncent remplies. 

(Mona Déry-Jacquemin)

Daddy Long Legs – Photo : Caroline Perron

Demain, le torrent de belles ambiances continuent avec du cirque, des ruelles festives, Lou-Adriane Cassidy, Ariane Roy, Basia Bulat, Pearl Charles, Ouri, Anarchnid, Golden Dawn Arkestra, Bon Enfant, Clay and Friends, Hubert Lenoir, Dani Dorchin, Gros méné, Les Louanges, The Courettes et plusieurs autres. 

Malgré les annulations (Polo & Pan, CRi, Halluci Nation, Lydia Képinski, SUUNS) pour cause d’orage violent qui font mal au cœur, on peut dire sans hésitation que le Festif! 2022 commence en force sa treizième édition.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.