PHOTOS : Festival d’été de Québec – 14 juillet 2022

Les Deuxluxes – Photo : Jacques Boivin

Décidément, les Dieux du rock n’ont pas été avec nous hier soir. On ne sait toujours pas si c’est parce qu’ils ne voulaient pas entendre Despacito (en forçant Luis Fonsi à aller se terrer à l’intérieur) ou si c’est tout simplement qu’ils avaient tellement été émus par les prestations très électriques de MIELS et Les Deuxluxes qu’ils ont pleuré toutes les larmes de leurs corps sur Québec, mais un gros orage s’est abattu sur Marchandville, forçant l’équipe du Festival d’été de Québec à évacuer tous les sites quelques minutes seulement avant le début des concerts des têtes d’affiche, y compris celui de Gros Mené.

On a donc vu MIELS, le duo de fou de feu qui nous avait tant impressionné.e.s au Phoque OFF 2020 et qui vient tout juste de lancer un album intitulé « Lécher le ciel » qui goûte bon le rock mélodieux. On a revu J-F, qui joue de sa guitare caché tranquillement derrière ses cheveux, avec sa voix calme et rassurante. On a aussi revu Paige, déjà prometteuse à l’époque, et devenue depuis une irrésistible bête de scène qui occupe tout l’espace devant elle avec ses déhanchements sexy. L’Américaine en a profité pour améliorer davantage son français, et elle s’exprime maintenant dans la langue de Bélanger à la perfection. Avec un petit accent tout aussi sexy que ses déhanchements. On a bougé, on a dansé, on a trippé sur les pièces hyper-mélodieuses en se disant que ÇA, c’était du BON radio-friendly. On en aurait pris encore plus, mais pour ça, va falloir attendre au moins un autre album! Suc-cu-lent.

Si vous nous suivez depuis un bout, eh ben Les Deuxluxes n’ont plus besoin de présentation. Etienne et Anna Frances sont un des duos les plus fiables de l’industrie. Leur rock and roll garage vintage est fait pour danser, et s’il y a quelques touches de psychédélisme sur le plus récent album (excellent « Lighter Fluid »), la base reste toujours la même : on se shake le pompon avec Anna Frances (on le fera jamais aussi bien qu’elle, par exemple). Etienne maîtrise toujours aussi bien la guitare et la batterie en parfaite synchro, Anna Frances se permet même un petit #momentflûte qui a fait beaucoup de bien, et tout était tout simplement parfait. C’est ça, Les Deuxluxes : un petit moment parfait où on oublie tous nos soucis, où on est rassemblé avec quelques centaines d’ami.e.s venus avoir le même traitement que nous.

Malgré l’annulation de la prestation de Gros Mené (on se reprendra dans le pit à sable au Festif), on a passé une fichue belle soirée. VIVE LA PARITÉ!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *