vice E roi : Papillonnage royal

Vice E Roi – Photo : Patrick Simard

Retour en force pour L’Anti Bar et Spectacles avec une formule restreinte et en ligne pour doublement du plaisir. Chose non négligeable, les billets venaient avec deux consommations, il était donc de bonne augure d’arriver un peu plus tôt pour en profiter. 

vice E roi nous ont accueillis tout en douceur avec leur pièce Elie, habillés de vert et de dentelle pour un look royal à souhait. Guillaume Lessard (voix et guitare) et Jayana Auger (voix) étaient accompagnés de Nicolas Jarret (batterie) et Guillaume Rochon (synthétiseur) pour présenter leur album « L’enfer chez les autres ». 

Au premier abord, le folk indie de vice E roi sonne doux et tendre, mais cette tendresse joyeuse cache en son sein des textes sombres et des paroles percutantes. Une bonne dose de rock et des pointes de pop agrémentaient aussi le parcours musical. 

Guillaume et Jayana nous ont partagé de nombreux fun facts, tel que leur malaise quand ont leur demande si vice E roi est un rappel à la marque de cigarette du même nom, alors qu’il s’agit en fait d’un clin d’œil à une espèce de papillon

Dans un humour décalé, les musiciens ont proposé au public de jouer à une partie de bonhomme pendu et a une game de Twister impossible avec eux. Il y avait beaucoup de fabulation et d’histoires entre les chansons, ce qui rendait le spectacle très vivant et interactif.

Le groupe nous avait réservé quelques surprises sous la forme de deux covers, un d’Ariane Moffatt avec la chanson Debout et un de Louis-Jean Cormier avec la chanson Traverser les travaux.

Nous avons eu droit à un texte issu d’un atelier d’écriture intitulé La famille, écrit spécialement pour eux par Marco Ema.

Enfin, Jayana nous a aussi fait vivre un moment très touchant en chantant Mille visages, écrite pour son frère, qu’elle a interprété avec douceur, tout en jouant du xylophone. 

Une soirée réussie pour le groupe et des spectateurs peu nombreux mais définitivement charmés par la musique de vice E roi.  Pour reprendre les dires d’un des spectateurs : « C’était bon ça ! ».

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *