Les Deuxluxes : Bienvenue en enfer!

Les Deuxluxes – Photo : Charline Clavier (Archives)

Si la salle de L’Anglicane n’était pas désacralisée, c’est chose faite! 

Une aura de sympathie diabolique règnait sur la magnifique salle de l’église de L’Anglicane à Lévis. Les Deuxluxes, Étienne Barry (percussion, guitare, voix et homme-orchestre) et Anna Frances Meyer (guitare, voix et génie en spandex de la flûte traversière) nous ont brassé la cage comme jamais avec leur album « Lighter fluid ».

Les amoureux et partenaires musicaux depuis 10 ans nous attendaient de pied ferme et dansant. Des flammes customisées et des chandeliers coiffés de plumes d’autruche décoraient la scène où trônait fièrement la batterie au design de diamant. 
Les musiciens, vrais soleils ambulants, étaient habillés de jaune, avec de nombreuses chaînes et bijoux. Une vraie démonstration d’opulence à la fois western, vintage et chic. 

Les Deuxluxes n’ont pas attendu pour mettre le feu avec leur rock’n’roll endiablé et il me faut souligner l’incroyable présence scénique des musiciens. Autant Étienne, véritable homme-orchestre, perché sur sa batterie tout en jouant tambourin et guitare (rien de moins) qu’Anna, musicienne complète, impressionnante et fougueuse qui prend le stage à bras-le-corps. 

Les spectateurs ont même eu droit à un fabuleux solo de flûte traversière et à un doux moment où Anna et Étienne chantaient ensemble en tête-à-tête. Il y avait énormément de complicité entre les deux musiciens, une tendresse et un ton enjoué très communicatif. Les chansons plus festives donnaient, quant à elles, définitivement envie de danser.

Les Deuxluxes est réellement un must to see et aucune vie ne peut être totalement complète tant qu’Anna Frances Meyer ne vous a pas chanté une chanson en espagnol qui fait feeler comme un bord de mer. Croyez-moi quand le duo chantait I’m in love, titre de leur premier album « Traitement deuxluxe », c’était nous, les spectateurs, qui étaient complètement en amour. 

Le groupe a été généreux avec son public et il est toujours aussi impressionnant de recevoir autant d’énergie alors qu’il n’y a que deux personnes sur la scène. Même les enfants, dont une petite de 7 ans au premier rang, ont été ravis par le rock et si on en croit la relève des fans, les meilleurs années sont à venir. 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.