Vitrines St-Roch XP – Samedi 29 mai

Ariane Roy. Photo : Nicolas Padovani

C’était la quatrième et dernière soirée de cette édition 2021 des vitrines St-Roch XP et l’équipe de production nous avait prévu toute qu’une finale! Si le nombre de places disponibles avait été limité pour cause de pandémie mondiale, l’énergie était bien présente chez les spectateurs, ce qui nous a fait oublier l’audience réduite!

Ariane Roy

Ariane Roy. Photo : Nicolas Padovani

Révélation Radio-Canada 2020-2021, Ariane ne cesse de surprendre. Pour ma part, j’ai eu la chance de la voir en chair et en os à quelques reprises dans la dernière année en plus de l’édition virtuelle de la finale des Francouvertes. Parmi toutes ces prestations, je peux affirmer que celle de la vitrine de St-Roch XP se classe comme ma meilleure à ce jour. Ariane et ses musiciens ont livré un spectacle irréprochable.

Toujours bien entourée, la chanteuse peut compter sur le talent de ses partenaires de scène et je me réjouis chaque fois de voir la reconnaissance que celle-ci témoigne à ceux qui l’accompagne. Ce soir-là, l’équipe habituelle pouvait compter sur Jean-Étienne Collin Marcoux à la batterie en remplacement de Pierre-Emmanuel Beaudoin. Malgré le changement, la cohésion était présente sur scène et permettait à chacun de se distinguer.

Pour ce qui est du programme, on a eu droit à quelques titres du EP Avalanche (n.f.) bonifiés de claviers aux sonorités pop-vintage sous les mains de Vincent Gagnon. Sur Je me réveille, la dernière monoplage d’Ariane, celle-ci délaisse sa guitare pour prendre la basse. Définitivement l’auteure-compositrice-interprète à plus d’un tour dans son sac! Un autre d’entre eux est sa capacité à revisiter des classiques qui aurait pu mal vieillir et de leur redonner vie. Ce soir-là, l’assistance a eu droit à Y’a des mots de Francine Raymond. « Je me gâte » s’est-elle d’ailleurs affirmée. Elle le peut bien, parce que nous aussi on a été gâtés! Merci Ariane!

Beat Sexü

Beat Sexu. Photo : Nicolas Padovani

Les cinq musiciens de Beat Sexü sont montés sur la scène un peu fébriles. Bien que Jean-Étienne Collin Marcoux et Odile Marmet-Rochefort aient ouvert aux côtés d’Ariane, on a senti pour un moment l’hésitation. Jean-Étienne c’est alors exclamé « On dirait qu’après tout ça, on sait plus comment commencer un show » avant de compter les temps et de se lancer avec Seulement si tu veux.

Beat Sexü a profité de sa vitrine de 30 minutes pour nous présenter les quatre pièces de son EP Deuxième chance sorti en février 2021, soit un an et un mois après l’album Deuxième fois. Que ce soit sur les pièces du EP ou de l’album, le groupe a laissé cette fois-ci davantage de place aux femmes. En plus de Fabienne Gilbert qui remplace désormais Martin Teasdale-Blais à la basse, certaines parties habituellement chantées par Jean-Étienne avaient été divisées entre Mariève Harel-Michon et Odile. D’ailleurs, que ce soit aux côtés d’Ariane ou au premier plan de Beat Sexü, la musicienne et chanteuse rayonnait tout particulièrement ce soir-là!

Pour ma part, c’était la troisième fois que je pouvais voir le groupe sur scène et, comme à chaque fois, les grouillades se sont emparées de mon corps. À voir les silhouettes dans l’ombre, je n’étais pas la seule. Beat Sexü 1, Pandémie 0.

Laurence Castera

Laurence Castera. Photo : Nicolas Padovani

Ayant participé à divers concours, Laurence Castera fait parler de lui depuis déjà un moment sur la scène émergente du Québec. L’artiste beauceron propose une musique pop-folk mettant l’accent particulièrement sur la voix et sur la guitare. Laurence était accompagné sur scène par un bassiste et un batteur permettant de venir compléter le band.

Toutefois, tout le long de la vitrine, j’entendais dans ma tête les pistes manquantes. L’ajout de quelques instruments ou de voix supplémentaires aurait permis d’offrir une expérience auditive plus complète permettant de naviguer d’une sphère musicale à l’autre. Pour les plus mélomanes, il manquait ce petit quelque chose qui aurait permis d’amener le programme à un niveau supérieur. Il en demeure que la prestation était impeccable et le batteur tout simplement épatant. La voix rauque du chanteur était quant à elle toujours juste et en parfait contrôle. Dans tous les cas, il est évident que Laurence Castera est en parfaite maîtrise de ce qu’il fait et qu’il sait répondre aux attentes des amateurs de folk plus épuré.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *