La liste longue du Polaris : de belles surprises… et de grosses absences!

Le Prix de musique Polaris (mieux connu sous son nom anglais Polaris Music Prize) est remis à l’album canadien de l’année, toutes langues et catégories confondues. L’album gagnant est choisi par un jury de plus de 200 membres des médias et de l’industrie en suivant un long processus rigoureux (et parfois douloureux), auquel participe votre (pas) humble serviteur à titre de représentant d’ecoutedonc.ca.

Pour le dernier exercice (1er juin 2019 au 31 mai 2020), les membres du jury se sont intéressés à plus de 220 albums (on le sait, y’en a pas mal plus que ça qui sont sortis). Sur ces 220 albums, 40 ont été sélectionnés, et la liste a été dévoilée hier sur les réseaux sociaux (faute de pouvoir le faire devant public).

  • Allie X – Cape God
  • Anachnid – Dreamweaver
  • Aquakultre – Legacy
  • Marie-Pierre Arthur – Des feux pour voir
  • Backxwash – God Has Nothing To Do With This Leave Him Out Of It
  • Badge Époque Ensemble – Badge Époque Ensemble
  • Begonia – Fear
  • P’tit Belliveau – Greatest Hits Vol. 1
  • Caribou – Suddenly
  • Daniel Caesar – CASE STUDY 01
  • Chocolat – Jazz engagé
  • Louis-Jean Cormier – Quand la nuit tombe
  • Corridor – Junior
  • dvsn – A Muse In Her Feelings
  • Jacques Greene – Dawn Chorus
  • Sarah Harmer – Are You Gone
  • Ice Cream – FED UP
  • Junia-T – Studio Monk
  • Kaytranada – Bubba
  • Flore Laurentienne – Volume 1
  • Cindy Lee – What’s Tonight To Eternity?
  • Men I Trust – Oncle Jazz
  • nêhiyawak – nipiy
  • OBUXUM – Re-Birth
  • Owen Pallett – Island
  • Pantayo – Pantayo
  • Lido Pimienta – Miss Colombia
  • Joel Plaskett – 44
  • William Prince – Reliever
  • Jessie Reyez – BEFORE LOVE CAME TO KILL US
  • Andy Shauf – The Neon Skyline
  • Riit – ataataga
  • Super Duty Tough Work – Studies in Grey
  • U.S. Girls – Heavy Light
  • Leif Vollebekk – New Ways
  • Wares – Survival
  • The Weeknd – After Hours
  • WHOOP-Szo – Warrior Down
  • Witch Prophet – DNA Activation
  • Zen Bamboo – GLU

On remarquera tout d’abord une énorme diversité du côté des genres musicaux. Pop, rock, rap, jazz, funk, électro, r and b, soul, classique, name it, manque peut-être juste un peu de metal et de country, et tout serait là! On y trouve des albums extrêmement rassembleurs (Louis-Jean Cormier, Andy Shauf), d’autres trucs plutôt expérimentaux… Des gens de toutes origines, des Premières nations aux personnes qui ne sont pas nées ici. Des chants dans de nombreuses langues. Le Polaris reflète vraiment les valeurs canadiennes (vous pouvez ne pas être d’accord avec celles-ci, mais ça, c’est un tout autre débat), probablement à cause que celles-ci sont bien représentées au sein du jury.

Ça ne nous empêche pas d’être un brin chauvins et d’être très contents pour les nombreux artistes du Québec et de la francophonie canadienne qui figurent sur la liste. En effet, Anachnid, Marie-Pierre Arthur, P’tit Belliveau, Chocolat, Louis-Jean Cormier, Corridor, Kaytranada, Flore Laurentienne, Men I Trust (wait, WHAT? WOW!), Leif Vollebekk et Zen Bamboo figurent tous sur la liste longue (chu sûr que j’en oublie), et il serait étonnant qu’avec une telle cuvée, aucun ne se rende à la finale. Mais sérieux, juste le fait de voir nos anciens très locaux Men I Trust et nos nouveaux amis Zen Bamboo sur la liste longue nous rend heureux pour le reste de la semaine.

Bon, il y a bien quelques déceptions… la question qui brûlait les lèvres de plusieurs, hier, c’était « Où sont Les Hay Babies? », une question fort légitime à mon avis. On est aussi déçu de ne pas y voir l’album de Bon Enfant, qui avait pourtant eu une bonne réaction et qui joue encore très souvent dans nos écouteurs. On aurait beaucoup aimé y voir l’album de Gus Englehorn, qui n’avait même pas à se soucier de la barrière linguistique. À l’échelle du Québec, ça manque de femmes, et on regrette un peu que Klô Pelgag ait reporté la sortie de son album « Notre-Dame-des-Sept-Douleurs » (qu’on pourra enfin entendre dans un peu plus d’une semaine).

C’est dommage, mais c’est ça, un prix… ça rend les gens derrière un projet heureux alors que les autres repartent bredouille… Y’a pas assez de place sur le bulletin de vote pour inscrire tous les noms qu’on veut, y’a du monde qui est mis de côté, et ça fait mal.

Le long processus se poursuit. La liste courte des 10 finalistes sera dévoilée le 15 juillet prochain. Ensuite, un grand jury formé d’une dizaine de membres du jury général devront choisir UN album parmi les dix finalistes. L’album sélectionné remportera le Prix de musique Polaris et un gros chèque!

On continue de suivre ça de près pour vous!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *