Mirabelle – La réflexion nostalgique de Laurence Hélie

Mirabelle
Late Bloomer
(Simone Records)

Sorti sous le label de Simone Records le 29 mai dernier, l’album « Late Bloomer » est le retour en force de Laurence Hélie. C’est ainsi que, sous le nom de Mirabelle, la musicienne délaisse le banjo et le violon pour nous émerveiller d’une pop parsemée de sons synthétiques.

Empreint d’une ambiance riche et envoûtante, l’album dégage une aura nostalgique qui résulte d’un mélange de déceptions amoureuses. Derrières les paroles, on sent les apprentissages que nous laissent les amours sans issue, les insatisfactions et les erreurs qui nous ont mené à ces échecs amoureux. Pourtant, malgré les défaites, les textes et les harmonies n’ont rien de dépressif, mais pourraient plutôt pister l’auditeur vers une remise en question.

Par exemple, dans la pièce Wall, la chanteuse dépeint avec clairvoyance une relation où la routine s’installe, construisant un mur entre les amoureux. Piégés dans la relation, tranquillement ils étouffent la magie du moment présent. Dans Magic Spell, l’émotion reprend en force en une renaissance amoureuse, où l’envie de croire et de s’emballer de nouveau revient. Comme quoi, malgré les mésaventures du cœur, il finit toujours par retrouver son chemin vers une personne qui saura le cajoler.

La réflexion introspective et les leçons qu’on en retire semblent être à l’origine de la majorité des dix titres de cet album. Laurence nous revient donc empreinte d’une sagesse supérieure à ce qu’elle nous proposait sur ses albums de 2011 et de 2013. Pour ceux qui préfèrent comparer des pommes avec des pommes, Phénomène, seule piste francophone, propose une écriture plus imagée et dont l’enchaînement des mots produit une sonorité plus fluide.

L’évolution de la blondinette se distingue également dans sa voix. La langue anglaise est reconnue pour permettre une douceur supérieure au français ponctuée de nombreux accents toniques. De ce fait, on peut donc discerner une légèreté épurant le grain de sa voix et nous laissant avec le meilleur de son timbre. Pour ce qui est de la trame sonore proposée, on peut se réjouir des textures à la fois organiques et synthétiques de cette pop alternative. La fusion de ces deux éléments se manifeste donc en un parfait mélange, une délicatesse supportant une même ligne directrice.

On peut donc dire que ce tournant de style est pour Laurence Hélie une réussite. Un bijou d’album qui se découvre parfaitement bien en un dimanche matin nuageux accompagné d’un lattée et d’un journal intime pour déverser le flux de nos pensées voltigeuses. Bonne réflexion!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *