Show de la post rentrée oxymélienne: Valence (+Élégie), 4 octobre 2019

Valence – Photo: Mélina Ouellet

Ça fait combien de temps que j’ai mis les pieds dans un cégep? Je n’étais pas la seule à me poser cette question le 4 octobre dernier au spectacle de la post rentrée oxymélienne, bien qu’entourée principalement par une faune estudiantine trendy et colorée. C’est la faute à nos p’tits préférés, Élégie et Valence, qui nous donnaient l’occasion de passer avec eux une soirée des plus agréables au Café Oxymel du Cégep François-Xavier Garneau. 

Élégie – Photo: Mélina Ouellet

Ce sont les incorrigibles militants anti-robots qui ont lancé le bal devant un public d’abord un peu gêné, mais qui s’est adonné à la danse par moments, par exemple lorsqu’Élégie a sorti son arsenal plus pop avec Rendre hommage au drame. Le reste du temps, ça écoutait vaillamment les anciennes et les quelques nouvelles tounes en se brassant la tête, bière ou lait au chocolat à la main, probablement en pieds de bas (moi, si j’avais été encore au cégep, j’aurais été en pieds de bas certain). Les gars ont bien défendu leur musique – surtout lorsque leurs instruments étaient branchés, pas vrai Lawrence? – et même si c’était surprenant de voir un groupe aussi punk précéder les voluptueux dandies de Valence, ça prenait tout son sens dans le contexte oxymélien. 

Valence – Photo: Mélina Ouellet

Post le Post Wave, on a surfé sur les vagues on ne peut plus smooth de Valence. Ils n’ont pas omis les plantes et les fruits qui ornent habituellement leur espace d’expression musicale. Ben à l’aise, ainsi, le groupe a joué les chansons qu’on connait maintenant par coeur, tellement on s’est dandinés sur leurs mélodies. Comme chaque fois, ils nous ont donné l’occasion de réaliser à quel points ils ont du talent et du plaisir à jouer ensemble. En guise de finale, on n’a pas manqué de se trémousser sur Sophie, pendant laquelle Élégie a eu la brillante idée de crasher le party. Je ne peux pas vous relater comment c’est arrivé, mais ça c’est terminé en un épique Wall of Death aussi joyeux que pop.

C’est qu’il y a quelque chose d’un peu magique dans les shows de cégep. Peu importe si le son est bon ou pas, s’il y a beaucoup de monde ou pas, si la journée est morne ou pas, il y a une chose qui reste constante: l’ambiance chaleureuse, laidback et toujours un brin absurde des shows de cégep. C’est ce qui fait tu ressors avec le sourire, sur Allegria qui joue en boucle, en oubliant presque que lentement tu t’en viens peut-être trop vieux pour ça. 

PS: Pour ceux qui pensent que le beef, c’est fini, vous vous devez de savoir qu’il est toujours bon de garder ses amis proche… et ses ennemis encore plus près. C’est un certain drummeur roux qui me l’a dit. Il portait un chandail de Medora. 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *