De retour… aux sources!

Pendant le dernier mois, je suis resté à la maison. Je ne suis pas sorti du tout. À part un petit show aux Fêtes de la Nouvelle-France, pour le fun, avec le bon vieux Joseph Edgar, toute la musique que j’ai écoutée, je l’ai écoutée sur mon ordi.

On avait besoin de repos. La dernière année a été rough, autant physiquement que mentalement. Plusieurs d’entre nous, dont moi-même, ont dû composer avec de gros changements dans leurs vies personnelles (moi, c’est de nouvelles fonctions au bureau qui m’enlèvent une bonne partie de la souplesse qui me permettait de bloguer en travaillant). Des horaires chamboulés, du stress en masse. À la fin du Festif, j’étais complètement vidé, et je n’étais pas le seul.

Ça a donné un petit coup sur la motivation. On a publié pas mal moins d’articles au cours des 365 derniers jours par rapport aux années précédentes. Et ça nous stressait, parce qu’on avait un titre de média numérique de l’année à défendre.

J’ai beaucoup réfléchi à tout ça pendant cette pause qui a fait beaucoup de bien.

J’en ai profité pour terminer la nouvelle version du blogue. Une nouvelle version que je trouve symbolique.

Elle symbolise un retour aux sources pour nous. Une apparence épurée, mais uniforme sur toutes les plateformes. Finies les grosses sections qui alourdissent la mise en page et que je dois changer tous les trois mois, selon la saison. Maintenant, une simple grille montrant les articles les plus récents, sans égard à la catégorie. Ça se navigue bien, autant sur mon ordi que sur votre cell. Plus le fun à naviguer, plus le fun de s’y retrouver, même s’il y a beaucoup moins d’articles proposés à la une.

En gros, on lâche le format webzine pour reprendre celui du bon vieux blogue. Plus facile à gérer quand de toute manière, 95 % de notre trafic est généré par des publications Facebook.

D’ailleurs, si vous souhaitez nous suivre à l’extérieur de Facebook (et ainsi déjouer le fameux algorithme), abonnez-vous tout simplement à notre infolettre (le formulaire se trouve en bas de chacune de nos pages). Et on a aussi un calendrier de spectacles qu’on va tenter de tenir à jour!

Bon, assez parlé du contenant, un blogue, ça reste un blogue!

Du côté du contenu, cette année, on va travailler sur la qualité de notre travail plutôt que sur la quantité. On va moins sortir « pour faire plaisir » et le faire davantage « pour se faire plaisir » ou faire des découvertes. À la base, ecoutedonc.ca a été mis sur pied pour parler de ce qui nous faisait vibrer, et on veut retourner à ce principe fondateur qui nous tient à cœur, parce qu’on ne veut pas s’écoeurer à faire ce qu’on aime.

On va aussi essayer de parler davantage des (et aux) artistes avant que les shows aient lieu ou que les albums soient livrés dans les bacs des disquaires.

Ça vous tente de participer à cette belle aventure qui dure depuis maintenant plus de huit ans? Ça tombe bien, on a besoin d’aide pour réaliser certains trucs :

  • On a besoin de rédacteurs et de rédactrices, que ce soit pour couvrir des shows, écouter des albums, réaliser des entrevues ou nous aider à transmettre les annonces.
  • On a besoin de correcteurs et de correctrices. On en a toujours besoin, parce que même si on essaie de recruter du monde qui maîtrise le français, les coquilles sont inévitables.
  • On a besoin de recherchistes pour nous aider à préparer nos articles.

Notez que pour le moment, notre équipe de photographes (mes prefs) est complète.

Ça vous tente de participer? Allez remplir le formulaire sur Passionnés recherchés.

Alors, voilà, on recommence ça dès maintenant. Vendredi, on vous parle du nouvel album de Mathieu Bérubé. Y’a le FME, Mile Ex End, Envol et Macadam, le Show de la rentrée et Saint-Roch XP qui s’en viennent.

Ah, pis on a quelqu’un qui s’en va au gala du Polaris Music Prize à Toronto, voir si un des cinq Québécois en lice va repartir avec le gros chèque de 50 000 $ décerné à l’album de l’année!

Une chance qu’on vient de dire qu’on allait prendre ça plus mollo!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.