Gaspard Eden – Photo : Nicolas Padovani

Avant de venir à l’Anti, j’avais parlé de Gaspard Eden à mon frère en ces mots : « Il a un peu la voix de Kurt Cobain ». Dans la salle de l’Anti, en formule de quatre musiciens, j’ai réalisé que sa musique était plus Radiohead, période Pablo Honey. Un rock très brut, parfois grunge, avec des paroles mélancoliques. Certaines chansons atteignent une puissance à la fois viscérale et intelligente. Son set de 40 minutes comprenait également deux chansons où il jouait seul à la guitare. Gros respect au public de l’Anti qui a été extrêmement attentif tout le long, ainsi que pour la suite de la soirée.

Zola Jesus – Photo : Nicolas Padovani

« Merci de réaliser mon rêve ». Zola Jesus (Nika Roza Danilova de son vrai nom), vêtue d’un kimono rouge, a posé le pied sur la scène de Québec pour la première fois lundi dernier à l’Anti. Accompagnée de son guitariste et collaborateur depuis 8 ans, Alex DeGroot, elle a chanté (parfois hurlé) de sa voix puissante sa pop/électro sombre et envoûtante, principalement tirée de son récent album Okovi. Des percussions et synthés étaient joués en arrière-plan tandis qu’Alex martelait sa guitare à coups d’E-Bow (ce petit outil électronique qui force la vibration des cordes) pour en sortir des sons qu’on aurait pu normalement entendre dans un concert de Sigur Ros. Un rétroprojecteur servait principalement d’éclairage et on a vu Zola baigner dans plusieurs motifs, à la fois minimalistes et denses. Elle a offert une performance théâtrale rarement vue (surtout à l’Anti), où elle vagabondait sur la scène tel un fantôme tiré d’un film de Kiyoshi Kurosawa, attirant l’attention en tout temps et se permettant également de s’engouffrer dans le public pendant le dernier morceau Exhumed. Durant une heure, ce savant mélange de mouvements, guitares et vocalises a complètement transformé l’Anti. Une des meilleures performances vues cette année.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here