Guide de survie – Osheaga 2018

ici. [caption id="attachment_65478" align="alignnone" width="696"] photo: osheaga.com[/caption] Règles d’or numériques du festivalier aguerri 1: Télécharger l’application Osheaga 2018 est un premier pas dans la bonne direction. Pour maximiser tes déplacements, découvrir les artistes avec la O-Audio ou encore planifier ton horaire. Tout y est, littéralement. 2: Numériser la carte du site dans ta tête. Même si le Parc Jean-Drapeau n’est pas un labyrinthe, l’emplacement des sept différentes scènes peut porter à confusion. Surtout si vous en êtes à votre première expérience. Ce serait donc une sacrée bonne idée de ne pas vous priver des captures d’écrans. [caption id="attachment_65481" align="alignnone" width="696"] photo: osheaga.com[/caption]   3: Ne pas essayer de varial kickflip sur les rampes Vans si tu ne le maitrises pas. Tu auras certainement de meilleures occasions de te fouler une cheville ultérieurement. Si tu te sens d’attaque, vas-y fort, tes manoeuvres seront peut-être commentées. 4: Lève-toi et marche, sois attentif et écoute. Ton expérience a la même valeur que celle des autres festivaliers. Tu va avoir la fin de soirée pour raconter à tes ami(e)s à quel point tu t’es brisé le pied en skateboard.  Si jamais vos conversations soutenues d’une durée de trois chansons ne peuvent attendre, des aires communes avec wi-fi sont aménagées. C’est pas merveilleux? 5: Je pourrais dire de t’hydrater mais je ne suis pas ta mère. Cependant, l’idée d’Osheaga est d’offrir tous les services au même endroit, question que tu puisses profiter pleinement des talents musicaux. Enfile un burrito et cours à Sylvan Esso! À tantôt!]]>

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *