Le Festif – Compte rendu, 20 juillet 2018

Fuudge

Fuudge – Photo : Marie-Laure Tremblay
Présenté par le sympathique curé, en direct de son garage, le groupe Fuudge est venu laver quelques oreilles au son de son rock fuzzé ou les virils cheveux longs se sont fait aller en choeur avec les prédications à la gloire de satan, odeur de viande grillée en prime. Comme quoi on peut faire faire à peu près n’importe quoi, en français svp! On les attend cet automne avec un nouvel EP pour se faire brasser! En attendant, ils ont promis d’être à la messe de dimanche à 11 heures même si ils ne promettent pas d’être sages entre temps… (Marie-Laure Tremblay)
 

Bob Log III

Bob Log III – Photo : Jacques Boivin
Un gars en petit suit brillant qui porte un casque de moto sur lequel est accroché un combiné téléphonique qui sert de micro. Une guitare. Une cymbale. Une caisse. Quelques pédales. Un petit séquenceur. Un bateau gonflable en forme de canard (COIN!). Et une folie absolument contagieuse. Bob Log III ne passera certes pas à l’histoire pour l’originalité de sa musique, du gros blues rock bien entraînant prêt à faire danser une foule survoltée dans un sous-sol transformé en sauna. Mais la prestation de cet entertainer aura été mémorable autrement : par les liens qui se sont tissés entre Bob Log, sa guitare et son public. Que ce soit pour le body surfing (dans le dit bateau), les selfies pris sur scène avec le musicien (à son invitation, et de façon tout à fait respectueuse) ou l’invitation à boire du mousseux dans un mini-bateau ou un bol pour chiens, Bob Log III remporte la palme de la prestation la plus déjantée que j’ai vue ce week-end. (Jacques Boivin)
 

Keith Kouna

Keith Kouna – Photo : Jacques Boivin
Dans le sous sol de l’église, le public était bien réchauffé pour l’arrivée de Keith Kouna. Ce fut un show dans le rock et la sueur. Si le musicien est capable de faire des spectacles plus tranquilles où il nous met les émotions à fleur de peau au beau milieu de l’après midi, c’est vraiment dans les shows de fin de soirée qu’il est le roi et le spectacle d’hier soir était du grand art. Kouna, accompagné de ses musiciens de feu, a fait des pièces de son album le plus récent (Bonsoir Shérif), mais il est aussi allé piger dans des pièces plus anciennes et même dans le répertoire des Goules. L’ambiance était survoltée et le public en aurait pris toute la nuit. Heureusement, Kouna n’a pas été chiche de son temps, jusqu’à faire un rappel d’au moins cinq chansons. (Anne-Christine Guy)
 

Victime

Victime – Photo : Jacques Boivin
Exténués et enduit de plusieurs couches de sueur, on s’est tout de même dirigé avec une bonne dose d’excitation vers le garage du curé pour assister à la performance nocturne de Victime. Temps doux, ambiance survoltée, effluves d’abus, tous les ingrédients étaient réunis pour une parfaite fin de soirée à apprécier le dance-punk de Victime avec amis et étrangers. Les chansons puisées principalement dans La femme taupe, paru en début d’année, mais aussi de nouvelles pièces se sont enchaînées à un rythme effréné et ont fait onduler et se déhancher les nombreux milléniaux présents (ainsi qu’un homme-cône). La voix haut perchée et hypnotisante de la talentueuse leader et bassiste Laurence Gauthier-Brown offre une saveur vraiment particulière au style déjà particulier. Le groupe travaille en étroite collaboration avec Guillaume Chiasson (Ponctuation), qui a d’ailleurs fait son apparition pendant la prestation. On a adoré ce moment privilégié, même si on n’est pas reparti avec le t-shirt de Laurence. (Tatiana Picard)
 
]]>

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *