Limoilou en musique : la grande fête est de retour (pour vrai)

On ne se le cachera pas, c’est aux petits événements locaux organisés par des microorganismes que la pandémie qui semble s’essouffler a fait le plus mal. Combien de petits festivals ont dû se revirer de bord à plusieurs reprises juste pour que leurs événements aient lieu, souvent trois mois après la date habituelle?

Limoilou en musique fait partie de ces événements qui ont eu la vie dure au cours des deux dernières années. Oui, il y a bien eu une version un peu réduite (et un peu trop masculine à notre goût, il faut quand même le mentionner) l’automne dernier, mais on peut dire que l’organisme Limoilou en vrac, qui est responsable de la petite fête, a ramé en maudit pour arriver à présenter quelque chose.

Limoilou en musique – Photo : Jacques Boivin

Limoilou en musique est de retour cette année à ses dates habituelles, soit les 3, 4 et 5 juin. Si la musique y occupe une grande place, on va mentionner tout de suite que cet événement ne vient pas seul. En même temps, on pourra trouver toutes sortes de choses au Grand bazar du Vieux-Limoilou (on y a déjà acheté des guitares, des jeux de Nintendo et plein d’autres choses intéressantes), encourager de jeunes entrepreneur.e.s et des artisan.e.s, assister à des spectacles déambulatoires, voir de l’animation de rue, tout ça dans un cadre festif, communautaire et rassembleur.

Rassembleur. C’est ce qu’on retient de la programmation musicale qui va attirer le monde de toutes les couches de notre petite collectivité. Même si toute la ville est invitée, Limoilou en musique, c’est d’abord et avant tout le party du quartier, celui où tout le monde se connaît dans la foule. C’est un vendredi tout en hip-hop avec Whitie, MCM, Naya Ali et Eman (ça ne serait pas Limoilou en musique s’il n’y avait pas au moins un Bas-Canadien sur l’affiche). C’est un samedi de party avec Matiu, Les Shirley et Mononc’ Serge. Et c’est un dimanche familial et nostalgique avec Scott Pien-Picard, The Blaze Velluto Collection et Zébulon. C’est aussi Les femmes au tambour de Wendake, ainsi que du blues devant le Quartier de Lune.

Une vraie fête de quartier comme on les aime, et il y en a pour tous les goûts! Et une ouverture sur nos ami.e.s des communautés huronne-wendat et innue qu’on aimerait voir davantage dans nos petites célébrations de quartier.

On s’y donne rendez-vous?

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.