Population II à l’Anti – qui a besoin de psychotropes après ça?

Population II. Photo : Nicolas Padovani

C’est un Anti revampé qui nous a ouvert ses portes le 13 avril dernier, où plusieurs spectateurs visiblement déjà vendus se sont rendus pour apprécier en personne le rock psychédélique aux mille visages de population II. Ils ont été servis.  

Population II. Photo : Nicolas Padovani

Dès les premières notes – pleines de fuzz, crachées par les énormes amplis du groupe et le système de son amélioré de la salle – on le savait: ça allait être du lourd. Le trio de Montréal a commencé en lion avec Orlando (une nouvelle composition qui aborde apparemment la question du désir impossible de visiter Disney World parce que tes parents n’ont pas les moyens) et on y était à nouveau : plongé.e.s dans une transe musicale aux détours imprévus avec pour seul fil d’Ariane la voix lointaine et noyée d’écho de Pierre-Luc Gratton, qui ne s’en démenait pas moins à la batterie en des rythmes élaborés. La basse de Sébastien Provençal, au groove mélodique, semblait dialoguer sans relâche avec la guitare cinglante de Tristan Lacombe, lorsque les volutes d’orgue et de synthé de ce dernier ne nous emmenaient pas loin, quelque part ailleurs. Ça y est, pas le choix, le public hochait de la tête et était emporté dans le tourbillon population II.

Retour en terrain connu avec Il eut un Silence dans le Ciel, tirée de l’album « À la Ô Terre » que le groupe a fait paraître en 2020 sur l’étiquette californienne Castle Face Records (et qui, cette fois, fait référence à l’Apocalypse selon Jean). Même en connaissant le titre, on pouvait être étonné.es par les détours des progressions de la pièce aux formes surprenantes. D’autres pièces, qui sont bonifiées notamment de saxophone ou de harpe sur l’album, reprenaient sur scène leur forme brute, tirée de l’esprit des trois mélomanes et matérialisées de toutes les manières possibles avec trente doigts, trente orteils, des cordes vocales et beaucoup d’imagination. Sur La Danse, notamment, on a eu droit à une entrée en matière aux aspects électroacoustiques chantée entièrement a capella – sans vocodeur – par le batteur. 

Si les « anciennes » pièces conservaient ainsi leurs nuances et leur intensité sur scène, les nombreuses nouvelles chansons que le groupe a présentées se traçaient aussi un chemin dans la même lignée que les premières, sans leur ressembler complètement. On y sentait, au lieu de la tempête sombre qui plane sur « À la Ô Terre», peut-être un début d’éclaircie? Le groove se faisait une teinte plus joueur, comme s’il consacrait le plaisir de jouer et la complicité qui rassemble visiblement les membres du groupe. Il faut croire qu’il y en a qui ont beaucoup jammé pendant la pandémie, peut-être sans trop se prendre au sérieux, mais toujours propulsés par l’envie de se dépasser ensemble et d’explorer d’autres avenues musicales.

En terminant avec une Introspection en crescendo, prolongée de plusieurs minutes de jam et boostée de plusieurs degrés d’intensité, population II a clos son spectacle avec la même énergie que lorsqu’il l’avait commencé, voire plus: une finale qui avait de quoi abasourdir le public qui, s’il était timide, semblait avoir été conquis. En guise de rappel chaudement réclamé, le trio a présenté Tokébec, une autre nouvelle pièces aux allures de gros punk bluesé qui s’invite au Moyen-Orient (pour vraiment comprendre la vibe, vous n’aurez pas le choix de l’écouter vous-même. On vous le recommande fortement).

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.