PRIMEUR : le vidéoclip viril fragile de Sûrette

Sûrette – Photo : Agrume Agrume

Le nouveau groupe de rock-pop Sûrette couronne son arrivée sur la scène locale avec un vidéoclip pour sa pièce Viril Fragile, parue le 30 novembre dernier. Mettant en vedette Philip Després, performeur.euse de la ville de Québec, l’œuvre aborde par la symbolique l’expression d’une masculinité positive qui est, hélas constamment ramenée sur le « droit » chemin de la masculinité traditionnelle. 

La pièce commence tout en douceur, avec les voix entremêlées de Vincent Leboeuf Gadreau et d’Isabelle Cormier sur fond de violon et de guitare acoustique. Ça se corse après le refrain – tout en harmonies de voix – avec l’arrivée de la guitare électrique (Pascal Larose), de la basse (Rachel Hardy-Berlinguet) et de la batterie (Daniel Deschênes). La finale laisse place à un florilège d’instruments. Dans l’ensemble, on reconnaît bien l’influence de Beau Dommage et de la musique progressive sous le vernis sucré du rock-pop. Belle assise pour un texte descriptif, honnête et direct sur l’expérience de la masculinité. 

Suivant cette trame, le drame se dessine à mesure que les plans séquences défilent. Dans un décor épuré, on y présente un personnage qui, un peu à la manière d’un Ken, subit différents traitements qui composent la performance de la masculinité. Després tient son rôle avec maîtrise et subtilité, alors qu’on voit vaciller de temps en temps, dans ses yeux, l’identité préconçue qui est imposée au personnage. Il y a un moment particulièrement touchant et évocateur où iel se prend à étendre du rouge à lèvres sur ses lèvres, pour l’effacer aussitôt. À un autre moment, on le.a voit croquer à pleines dents dans un citron: beau clin d’œil non seulement au nom du groupe, mais aussi peut-être à Agrume Agrume, qui signe la réalisation vidéo. 

C’est un superbe coup d’envoi pour la formation qui, si elle est nouvelle, est pourtant composée de musicien.ne.s vétéran.e.s de la scène locale! On nous promet, à venir, d’autres pièces douces-amères sur différents thèmes profonds tels que la déshumanisation des rapports sociaux ou encore la santé mentale, le tout dans un enrobage lumineux à la fois complexe et délicieusement accessible.

1 commentaire
  1. Ouf…difficile de rester insensible! C’est parlant, percutant! J’aime beaucoup. Bravo à tout les artistes impliqués! M. Després, bien joué. Bel article

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.