LUMIÈRE en plein Golden Hour

LUMIÈRE Photo : Noémie Rocque

Je vous disais dernièrement que j’avais eu le privilège de suivre Bon Enfant en tournée dans le Bas-St-Laurent. Je suis revenue à Québec avec un pincement au cœur sachant qu’Étienne Côté, aka LUMIÈRE, restait derrière pour faire un spectacle acoustique au Manoir Saint-André dans le Kamouraska. Ça faisait une heure que j’étais de retour à la maison (le temps de nourrir le chat et de me faire un café latté à boire sur le balcon) que je repartais crinquée vers le Bas-St-Laurent avec un ami.

Le spectacle avait lieu en plein air dans la cour arrière de la petite auberge. Malgré les 188 km qui nous séparaient du centre-ville de Québec, plusieurs spectateurs avaient fait la route depuis la Capitale-Nationale et constituaient un pourcentage assez important de la cinquantaine de personnes rassemblées sur l’herbe. L’endroit était magnifique. LUMIÈRE n’avait pas encore pris place que le décor luxuriant de verdure faisait déjà son effet.

Sans trop d’horaires précis, le spectacle a commencé au moment où Étienne s’est installé au micro. Après avoir autant savouré la richesse sonore de son album, j’étais extrêmement curieuse de voir cette prestation solo de LUMIÈRE. Dès la première pièce, on savait que ça marchait tout autant! L’auteur-compositeur-interprète est aussi percussionniste et cela s’entend dans sa façon de jouer de sa guitare. Si la performance n’était faite que de cordes d’acier et de voix, la trame sonore ne manquait en rien de rythmique.

Redécouvrir une œuvre dans une forme aussi épurée nous permet réellement d’apprécier les chansons qu’on nous propose. Dans ce cas-ci, j’ai pris davantage le temps d’écouter les paroles et d’en saisir les messages. Pour la pièce LE.COEUR, Étienne a pris soin de nous mettre en contexte en nous expliquant qu’il possédait réellement un petit cœur qu’il traînait en tournée. Un jour, il l’a confié en une promesse d’amour et il a été rechercher le pendentif sous la pluie alors que celui-ci avait été laissé tristement dans une boîte aux lettres. Un moment d’empathie a ainsi marqué la chanson succédant à cette tranche de vie.

J’adore cette intimité qu’offrent les spectacles solos. Ils nous permettent davantage de connexion avec le projet et son auteur. Le public était attentif et il y avait une douceur presque palpable au sein de ce champ de verdure. Je dois dire que par l’expérience qui nous a été offerte, j’ai préféré ces versions acoustiques des pièces de A.M.I.E.S.A.M.O.U.R bien que la version full band soit tout aussi efficace.

Dans tous les cas, que ce soit accompagné de talentueux musiciens ou seul, je ne pense pas qu’on puisse être déçu de LUMIÈRE. Le projet est solide et ces versions épurées nous le prouvent bien. Personnellement, je ne regrette pas mon retour dans le Kamouraska.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *