Rebonjour, Festival d’été de Québec!

On se demandait tous si le Festival d’été de Québec aurait lieu cette année. Frontières fermées, déplacements interprovinciaux difficiles, retrait des subventions aux grands événements, tout était là pour miner l’organisation d’un festival qui, habituellement, fait partie de la liste des plus grands festivals en Amérique du Nord.

Certains s’imaginaient un gros St-Roch XP (quoique celui-ci devrait avoir lieu à l’automne, quand les restrictions seront presque toutes levées), d’autres ne voyaient pas l’intérêt de présenter un FEQ qui ressemblerait plus à un gros festival de région qu’à cet événement qui met Québec sur la map comme aucun autre.

En tout cas, ça allait être « une année pas comme les autres ».

Tout ça pour dire qu’on avait bien hâte au dévoilement de la programmation du FEQ qui avait lieu ce matin. Et on va se l’avouer franchement, si l’équipe du festival a joué « safe » avec une programmation en salle qui pourrait avoir lieu quoi qu’il arrive, elle a réussi à attirer une belle brochette d’artistes d’ici dans plusieurs genres musicaux. Le genre de prog qui devrait réussir à satisfaire les personnes qui auront réussi à mettre la main sur un billet!

Disons-le d’emblée, la programmation musicale sera très « grand public » : Du 8 au 18 juillet, on pourra voir des gros noms de la scène québécoise comme Ludovick Bourgeois, 2Frères, Paul Piché, Michel Pagliaro, Steve Hill, Marie-Mai, Émile Bilodeau (sorry Émile, mais t’es BIG maintenant, pis c’est une maudite bonne affaire) et Loud.

Tire le coyote : Photo : Émilie Dumais

Les lecteurs et lectrices d’ecoutedonc auront aussi de quoi se mettre sous la dent : Cœur de Pirate présentera son show solo piano, Klô Pelgag nous fera pleurer avec les pièces de Notre-Dame-des-Sept-Douleurs, on va pouvoir groover avec Clay and Friends, on va retrouver nos minces bas-canadiens d’Alaclair Ensemble, on va faire la fête avec Valaire, on va s’attendrir au son des chansons de Tire le Coyote et on va revoir (enfin) Men I Trust et Geoffroy.

Les « en retard sur la nouvelle » comme moi vont pouvoir découvrir le rappeur White-B et le compositeur et producteur électro Apashe.

Y’aura même un peu d’humour au menu avec une soirée mettant en vedette Alexandre Barrette et Mehdi Boussaidan!

Geoffroy : Photo : Alex Dozois

Deux spectacles seront présentés chaque jour (il faut acheter une table – de 2 ou de 4 – pour chacun) au Manège militaire. Le premier (la Série solaire) est présenté à 18 h 30. Le deuxième (la Série lunaire) a lieu à 21 h 30. Pas de première partie, juste une tête d’affiche qui présente un spectacle pas mal complet. Certains spectacles seront aussi disponibles en webdiffusion.

Pour le volet extérieur, pas de concert prévu, mais une exposition photo qui aura lieu du 1er au 25 juillet et une place publique où on pourra chiller avant les concerts ou juste pour voir un peu de monde (aussi du 1er au 25 juillet).

Bien sûr, si vous vous attendiez à des gros shows avec des GROOOOOOOOOS noms comme Metallica (ou, à la limite, Billy Talent), on comprend votre déception, mais avec tout ce qui arrive présentement, on s’entend que le contexte ne s’y prêtait pas vraiment. Je veux dire, même un vulgaire déplacement entre le Québec et l’Ontario est compliqué ces temps-ci, imaginez faire venir des groupes des z’États ou de la France. Il fallait gérer ses attentes en conséquence, et même tenir des shows « loud » avec des bands québécois n’aurait pas été super intéressant (perso, j’aime mon metal debout, le bras en l’air, en train de me faire aller les cheveux, pas en tapant poliment du pied).

On a surtout été surpris d’apprendre qu’il n’y avait qu’une scène intérieure, ce qui laissait malheureusement très peu de place aux artistes émergents dans la programmation. Bien sûr, nous qui arpentions la place d’Youville et le cœur du FEQ avec une hardiesse digne des plus grands explorateurs, nous sommes un peu déçus.

Encore là, un petit rappel du contexte s’impose. Cette programmation a été bouclée dans l’incertitude, alors les organisateurs du Festival n’ont pas pris de chances. En tenant les spectacles à l’intérieur, on s’assure qu’ils auront lieu (à moins qu’on repasse au rouge très foncé, ce qui serait ma foi fort étonnant) et que la logistique ne sera pas trop compliquée. Pas d’enclos, pas besoin d’embaucher presque autant de sécurité que lors d’un FEQ régulier juste pour surveiller si tout le monde respecte les consignes, pas de risque de voir les règles changer 14 fois d’ici le 8 juillet. La prog qu’on a, elle est coulée dans le béton, et c’est ce que nos amis du Festival ont visé. Et on a entendu dire entre les branches qu’on peut avoir de belles attentes à l’égard de St-Roch XP, qui devrait être de retour dans sa formule super festive habituelle cet automne (si vous allez vous faire vacciner, gang!). C’est vraiment rien d’officiel, y’a d’autres blogues qui parleraient de « rumeurs », moi je vais vous parler « d’espoirs ». Sans compter qu’on vient d’avoir deux belles fins de semaine de musique le fun à l’Impérial (Noémie vous en parle TRÈS bientôt).

En passant, l’équipe du FEQ offre cette année de la belle merch « Rebonjour ». C’était tellement cute que je me suis fait plaisir en précommande!

Pour tout (tout, tout) savoir sur la programmation de l’édition 2021 du Festival d’été ou pour acheter vos billets (vite, ça part plus vite que j’écris), consultez le https://infofestival.com.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.