« recollection » de l i l a – Un voyage introspectif

l i l a
recollection

Il y avait déjà 2 ans et demi que la multi-instrumentiste/chanteuse l i l a avait sorti Quiet as fire, son dernier EP, que j’avais d’ailleurs adoré. Prêt depuis l’hiver dernier, on attendait impatiemment recollection, un nouvel EP savoureux enregistré avec Josué Beaucage.

Pour ceux qui ont vu le PHOQUE OFF, ou encore qui ont visionné la session Pantoum Boutique sortie dernièrement, on savait déjà que le EP à venir l’amènerait à un autre niveau. Soutenue par les amis de Boîte Béluga, celle qui cumule déjà plusieurs milliers d’écoutes sur les différentes plateformes d’écoute en ligne semble destinée à suivre les traces d’une autre artiste importante de leur équipe, Ghostly Kisses.

Pantoum Boutique – Teaser de la performance de l i l a

Dès les premières notes de stuck with silver, on est complètement absorbé par la voix feutrée de la jeune artiste et les guitares planantes. On y remarque aussi quelques phrases de français, une denrée rare dans ce type de musique. Viennent ensuite les guitares dark de Anthony Cayouette (On se croirait dans un temple de Zelda au NES) et la batterie assumée, jouée par Audrey Paquet-Claeys, qu’on commence à découvrir tranquillement sur la scène de Québec. Son jeu sur le EP est vraiment à propos, du bon headbang bien lourd qui s’accorde parfaitement avec l’ambiance feutrée de l’opus. Ça ajoute un peu de papier sablé sur certaines pistes qui autrement en auraient manqué à mon avis. Pascal Larose-Picher ajoute quant à lui sa ”saveur” suave et outtaée aux synthés, discrètement mais surement. À la réalisation, Josué Beaucage délivre, sans surprise, un autre projet aux sonorités pures et recherchées, un sans faute qui s’ajoute au CV du prolifique ingénieur. Une équipe 100% Québec Cité donc, je tiens à le mentionner.

J’ai eu un buzz particulier sur psycho // over the moon, la dernière piste de l’album. Une finale douce et minimaliste que j’ai adoré. J’ai justement demandé à l i l a de me parler un peu de cette chanson. « C’est elle qui nous a donné le plus de trouble, on l’a enregistrée en band au début pis finalement j’aimais pas ça du tout. C’était trop chronométré et carré. On a tout effacé et recommencé à zéro, juste nous deux ». Le caractère introspectif du projet ressort beaucoup de cette façon, c’est marqué et parfaitement réussi.

Finalement, recollection finira assurément dans la courte liste de EP que j’écoute sur repeat pendant un bon moment. Parfait sur la route, dans la chambre, avec un café et ou tisane, je vous le conseille fortement. J’ai déjà hâte au prochain!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *