Le Phoque OFF 2021 : Portraits d’artistes (3/4)

Le Phoque OFF commence tranquillement ce soir, et on a bien hâte de voir tous ces beaux projets que les programmateurs du festival vont nous présenter.

Depuis quelques jours, on vous présente brièvement quelques-un.e.s des artistes à l’affiche cette année. Les fans de la scène locale en reconnaîtront sûrement, après tout, on ne se tanne pas de vous parler de ces fabuleuses personnes. Cependant, l’édition de cette année promet également de nombreuses découvertes même pour les mélomanes les plus curieux et chevronnés, comme le veut la tradition. Pas pour rien qu’on aime autant Le Phoque OFF!

Comme nous sommes aussi en mode COVID-19, nous avons réalisé nos entrevues à distance au moyen d’un questionnaire auquel les artistes ont dû répondre. Le principe était simple : il fallait répondre à cinq questions, dont deux obligatoires. Pour les trois autres, les artistes pouvaient piger dans une banque de questions.

Pour ce troisième article d’une série de quatre, nous vous présentons Baie, BRUE, Juillet et Mélodie Spear.

Baie

BAIE – Photo : Annie France Noël

En cinq mots, comment décririez-vous le champ lexical de votre univers artistique?

Supervraimentnice (un seul mot), Été, Popsicle, Amour, Nostalgique

À votre avis, qu’est-ce qui rend la scène musicale de Québec si vivante?

La scène musicale du Québec est très vivante grâce à la présence de nombreux artistes acadiens qui s’y trouvent. Jokes aside, c’est sûrement grâce à la grande qualité d’artistes qui s’y trouvent, à l’ouverture d’esprit des diffuseurs et la présence de plusieurs festivals très cool. 

Quelle est votre découverte musicale de 2020? 

On est peut-être late au party mais : Anderson. Paak avec son album « Ventura ». 

D’où vient le nom de votre projet? 

C’est simple, on vit tous les trois dans l’nord du Nouveau-Brunswick avec la belle Baie des Chaleurs comme voisine. Ça représente aussi notre style de musique qui s’écoute très bien sur le bord d’une plage avec un bon verre de sangria pis l’soleil dans la face. 

Votre meme préféré de 2020

Le Ocean Spray dude. Obviously, pour la awesome vibe.

Brue

Brue – Photo : Najoua Bennani

En cinq mots, comment décrirais-tu le champ lexical de ton univers artistique?

Crasse, croche, coquin, cure-pipe, caliss.

À ton avis, qu’est-ce qui rend la scène musicale de Québec si vivante?

Les gens passionnés qui y œuvrent et qui s’arrangent pour que ça marche.

Ton meme préféré de 2020

Si tu n’étais pas BRUE, quel artiste aimerais-tu être et pourquoi? 

Depuis environ un mois, je fais une fixation sur Brigitte Fontaine. Parce que des fois j’ai hâte à quand j’vais être aussi vieille, incisive, tendre, joviale et assertive que cette femme.  

 À quoi est-ce qu’on peut s’attendre pendant ta performance au Phoque OFF? 

Du bling, du fuzz et des mamelons.

Juillet

Juillet – Photo : Maé Villeneuve

En cinq mots, comment décrirais-tu le champ lexical de ton univers artistique?

Connexion, introspection, passion, tourments, espoir.

À ton avis, qu’est-ce qui rend la scène musicale de Québec si vivante?

La diversité, le côté amical, l’entraide, la disponibilité de plusieurs organismes et outils comme l’Ampli, Première Ovation, etc. 

D’où vient le nom de ton projet? 

On s’est rencontrés en juillet 2008, et notre couple s’est aussi formé en juillet (2013). Ça a toujours été notre mois préféré, celui où on va chaque année en road-trip pour célébrer l’anniversaire de Roxanne. En plus, ça représente bien notre musique qui se veut chaude comme un amour d’été. 

Avec qui aimerais tu jouer dans la scène locale et pourquoi ?

Gabriel : Je rêve un peu de jouer avec Narcisse. Il y a un côté libérateur dans ses prestations endiablées, pis tout le monde a vraiment l’air de trouver ça trippant.

Quel art, autre que la musique, t’inspire le plus ?

Roxanne : C’est sûr que c’est les arts visuels car, à la base, c’est mon premier médium de création. Je suis diplômée du bacc en arts visuels et médiatiques de l’UQÀM et je fais surtout du design graphique, de la peinture et du dessin, mais aussi de la photo et de la vidéo. Ce qui est cool, c’est que je peux explorer les arts visuels dans le projet musical aussi, en créant tout le graphisme (pochettes, visuels de promo, j’ai aussi réalisé et monté notre premier vidéoclip pour la chanson Reste encore!). Pour moi, les images et les mots vont de pair dans la création d’une idée artistique. Et quand on y ajoute la musique, c’est encore mieux!

Mélodie Spear

Mélodie Spear – Photo : Jacques Boivin

En cinq mots, comment décrirais-tu le champ lexical de ton univers artistique?

Pétarade, Jeanne D’Arc, Mélodrame, 90’s , Bon poulet. 

D’où vient le nom de ton projet?

D’un brainstorming très efficace de mes géniteurs un  jour avant ma naissance. 

À ton avis, qu’est-ce qui rend la scène musicale de Québec si vivante?

Le Pantoum,  l’Ampli de Québec, l’esprit d’entraide, la concentration élevée de trippeux par m². 

Quelle est ta découverte musicale de 2020?

J’ai vraiment trippé fort sur Kate Bush. À part de ça, j’ai eu une grosse passe Soviet Wave, j’ai approfondi mon amour pour Robert Smith et j’ai développé quelque chose pour Kanye. 

En temps de pandémie, c’est bien connu, il faut se réinventer. Quelle nouvelle chose  as-tu apprise pendant le confinement?

J’ai appris à faire mes nuits au complet. J’ai aussi appris à transposer dans la vraie vie les compétences en décoration acquises en passant de longues heures sur Animal Crossing.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *