Le « Magicien-poubelle » de Mortel Ravin : un amusant exercice de style

Mortel Ravin
Magicien-Poubelle

L’année 2020 n’aura pas fini de nous surprendre. Pour les raisons que l’on connaît, mais aussi pour les belles folies que l’air ambiant aura inspiré. Comme ce petit microalbum de Mortel Ravin, un petit projet de l’artiste-journaliste-humoriste-présentateur de marches sur YouTube Joël Martel et de l’ex-Goules-et-sympathique-voisin Rabin Kramaslabovitch.

Portant l’étiquette « expérimental » sur les Bandcamps, cette petite collection de cinq chansons aussi glauques qu’un dimanche après-midi à la Plaza d’Alma est un magnifique mélange de textes absurdes (mais pas trop) et d’atmosphères minimalistes sur un beat électronique.

On a bien apprécié la minimaliste Antimasque (très d’actualité, à mettre dans une capsule temporelle pour nous rappeler de quoi avait l’air 2020), la rêveuse Coups Clous (qui ferait une bonne toune de générique de film d’horreur), l’hallucinée Magicien (qu’on dirait sortie tout droit de maquettes de Beck trouvées dans les poubelles), la dansante Je me fous et le maudit ver d’oreille Maringouins (chanson hors-saison).

« Magicien-poubelle » est un travail d’exploration, un exercice de style, qui ressemble un peu dans sa formule (écourtée) à « Philippe Katerine », de l’extra-terrestre du même nom. C’est ludique, ça se glisse bien dans une méga-playlist.

Mais on vous avertit, vous allez passer les prochains jours à chanter « LES MARINGOUINS VONT TOUTTE TE SUCER TON SANG » à tue-tête. Cette toune-là, c’est un crisse de maringouin musical.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.