Entrevue avec les finalistes des Francouvertes 2020

Ariane Roy, Valence, Narcisse – Photo : Charline Clavier

À l’approche de la finale des Francouvertes le 2 novembre prochain, Danaé et Charline ont eu la chance de discuter avec les trois finalistes du concours : Narcisse, Ariane Roy et Valence. Cette édition est doublement hors du commun, car elle représente la première cuvée 100 % Québec Cité en plus d’être, COVID-19 oblige, sous format virtuel. Voici ce que ce talentueux trio avait à nous dire, lundi dernier, lors de notre rencontre à la Société des Loisirs.

C’est la première fois dans l’histoire des Francouvertes qu’on assiste à une finale « Ville de Québec ». Qu’est-ce que ça représente pour vous ?

Narcisse : Je suis excité.e, fier.e et agréablement surpris.e.

Ariane : Même chose pour moi ! Je suis fière et contente d’être avec mes ami.e.s de Québec, dans un concours qui est quand même très « montréalais » (sans que ça n’enlève rien aux artistes de Montréal, qui sont tous tellement talentueux !). Nous sommes heureux d’être ensemble en finale, car on se connaît bien et on s’apprécie.

Valence : Oui. J’aimerais ajouter que depuis quelques années, les médias québécois commencent à prendre conscience qu’il se passe quelque chose à Québec. Ça montre qu’il y a de la qualité musicale ici.

Cette 24e édition du concours a dû se dérouler virtuellement. Est-ce que ça a modifié votre expérience ?

Ariane : Pour nous qui venons de Québec, je crois que ça nous a porté chance. Plusieurs personnes d’ici ont pu regarder nos spectacles, alors qu’ils ne seraient probablement pas montés nous voir à Montréal.

Valence : On s’attendait un peu au pire en sachant que ça allait être en ligne. Finalement, ça nous permet de faire une prestation intime qui ressemble à une pratique, mais en devant donner plus d’énergie.

Narcisse : Je trouve que les commentaires constructifs laissés par le public ont aidé à pouvoir faire une introspection et à s’améliorer aussi.

Narcisse – Photo : Charline Clavier
La finale du 2 novembre arrive rapidement. Comment comptez-vous vous y préparer ?

Narcisse : On travaille avec une metteuse en scène et on pousse le côté direction artistique pour créer une cohésion dans le spectacle. On a regardé le show des demi-finales aussi, pour analyser ce qui a bien été et ce qui devrait être amélioré.

Ariane : Pour moi, ce sera de solidifier ce qu’on a déjà préparé, pour que le spectacle soit encore plus assumé et convaincant.

Valence : Mon minding de plus en plus c’est de faire confiance au moment présent et à son excitation. Alors pour moi ma préparation ira en ce sens-là !

Quels sont vos plans pour le « après Francouvertes » ?

Narcisse : Je me donne une petite pause pour relaxer après tout ça ! Par la suite, le but sera de solidifier une nouvelle formule et travailler sur un album, donc composer et aller en studio.

Ariane : Pour ma part, je serai en création d’album. Tout est sur la glace présentement avec la pandémie, mais ça tombe bien pour moi, car j’étais rendue là de toute façon.

Valence : Je suis en train de terminer un album qui devrait sortir au printemps 2021. Donc les prochains mois seront consacrés à la production de celui-ci.

Ariane Roy – Photo : Charline Clavier
Quel serait votre endroit de rêve pour faire un show (lorsque ce sera permis) ?

Narcisse : L’Agora pour moi. Je marchais dans le Vieux-Port de Québec récemment et j’avais comme oublié que cette salle-là existait, et Narcisse — Grèce — Agora, ça fonctionne bien. Je pense qu’ils ne font plus de spectacle là-bas à cause de toutes les shows punks qu’il y a eu, ça brassait. Mais si un jour ils décident de refaire des shows, clairement il y a quelque chose à faire là-bas !

Valence : Pour moi, c’est le parking du Marché aux Puces Jean-Talon. C’est tellement big, ils ont même fait un ciné-parc là-bas cet été. En plus il faut dire que Charlesbourg, Lac-Beauport et Stoneham sont très peu desservis en culture. Puisque je viens de là-bas, j’aimerais pouvoir y faire un spectacle.

Une finale de Québec oui, mais aussi une finale de diversité ! En êtes-vous satisfait.e.s ?

Narcisse : La 24e édition en termes de diversité c’était vraiment sur la coche. C’était cool de voir qu’une ouverture était possible et qu’un souci de pousser la diversité était présent. J’aimerais d’ailleurs souligner le talent de Kanen : j’ai adoré que les Premières Nations soient représentées dans un concours grand public. Mettez-en plus, let’s go !

Ariane : Oui je pense pareil. On est content.e.s et ça fait du bien !

Valence – Photo : Charline Clavier

Ne manquez pas la finale des Francouvertes 2020 le 2 novembre dès 19h30, en direct du cabaret Lion d’OrLes billets pour le spectacle numérique sont disponibles par ici.  Les inscriptions pour les Francouvertes 2021 sont ouvertes jusqu’au 15 novembre.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.