28 & The.Blind.Monkey – « The Blow Out »

Philippe Durand

28. & The.Blind.Monkey
The Blow Out
(i-Rise)

28. & The.Blind.Monkey lancent aujourd’hui la quatrième et dernière partie de leur tout premier album: « The Blow Out », un immense projet divisé en quatre EPs qu’ils nous ont lancés en rafale à deux semaines d’intervalle l’un de l’autre, tous sortis dans le premier trimestre de l’année 2020. Ces quatre maxis accumulent, en tout, 21 chansons et plus d’une heure et demie d’écoute. Méchant move (plutôt non-orthodoxe) venant du duo de rappeurs de Québec.

Une énergie agressive et assoiffée se ressent en premier plan, mais elle est tout de même tamisée à l’aide de mélodies bien hip-hop qui transportent un léger parfum reggae dans nos oreilles, gracieuseté de Blind.Monkey avec sa voix plus basse qui s’agence avec l’intonation plus agressive de 28.. Chose certaine, si tu n’aimes pas le rap, le temps va être long pas à peu près.

Le mot contraste est clairement présent dans le projet, qui contient des morceaux mettant de l’avant une ambiance de Jeudredi-en-fin-mai-en-buvant-un-mojito-sur-son-balcon. Plusieurs autres chansons sont, quant à elles, à la saveur d’amoureux nostalgiques un dimanche après-midi pluvieux, comme la toute dernière chanson qui sert d’au revoir à cette grande aventure.

Une chanson qui m’a accroché dès la première écoute, et qui donne déjà une ambiance d’un classique hip-hop à mes oreilles, est la chanson Pay back, qui se trouve dans la partie 3, avec les versets lyriquement polyvalents, la ligne de basse catchy et la douce voix chantée en arrière. C’est ultra satisfaisant à mettre dans ses oreilles.

En effet, 28. & The.Blind.Monkey ont probablement vécu une grande aventure avec l’entièreté de leur premier projet « The Blow Out », titre éloquent d’une grande soif d’étendre leur musique, qui se ressent dans le morceau Figure it out. C’est pareil une quantité impressionnante de musique en considérant que les membres du duo de la ville de Québec ont tout fait eux-mêmes, avec 28. qui a produit l’entièreté des chansons au sein de leur studio i-Rise, collectif qu’ils ont mis sur pied et qui englobe une dizaine d’artistes de la Capitale.

Des sonorités qui vont procurer un réconfort instantané à tous les fanatiques plus ou moins puristes de hip-hop. Avec de gros « kicks » à la 50 Cent et des échantillons dont on peut entendre qu’ils ont étés repêchés dans de vieux vinyles, on se sent en sécurité dans cet espace Boom-Bap, où les paroles sont mises de l’avant avec un ruissellement lyrique qui est bien yo. C’est sans aucun doute que 28. & The.Blind.Monkey sont hip-hop au cube!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *