Découvertes et coups de cœur du Festigram

Les salles de spectacle sont peut-être en pause forcée, mais la communauté émergente sait faire preuve d’une grande capacité d’adaptation. C’est ainsi qu’a germé Le Festigram, un festival de musique présenté sur Instagram le 10 et 11 avril dernier. À raison de 20 minutes chacun, divers artistes ont pu présenter quelques-unes de leurs chansons dans le respect les consignes gouvernementales. Tous ont pu bénéficier de cette visibilité, qu’ils soient déjà bien connus du milieu émergeant ou en préparation de leur premier album. Ayant visualisé chacune des trente-cinq prestations proposées, voici celles qui m’ont tout particulièrement marqué.

MON COUP DE CŒUR : SIMON KEARNEY

Mais quel Showman ce Simon Kearney! Déjà bien présent dans le milieu émergent, il est connu tant pour son premier album « Maison Ouverte » que pour ses nombreuses collaborations. Il est indéniable que ce jeune homme est plein d’ambitions et c’est avec sa fougue caractéristique que celui-ci s’est connecté pour son live. Armé de sa guitare et d’un vidéo de Bob Ross en arrière-fond, Simon nous a complètement fait oublier qu’un écran nous séparait. Interagissant avec son public, sollicitant les demandes spéciales et moussant les blagues en commentaires, il nous a offert un véritable spectacle et en a même profité pour nous introduire à deux de ces nouvelles chansons, Fish dans l’eau et La jungle. Pour sa folie et sa grande capacité d’adaptation, je décerne donc mon coup de cœur de ce Festigram 2020 à Kearney.

MES DÉCOUVERTES

FROU

Absent des plateformes d’écoute pour l’instant, FROU « travaille sur du stock. » Malheureusement ralenti par la COVID-19, c’est un Jimmy rempli d’optimisme qui s’est présenté sur nos écrans numériques. Le groupe compte habituellement cinq membres, mais confinement oblige, la charge de la présentation web est donc tombée dans les mains de celui qui assure la voix et la guitare. Espérons que la présentation aura piqué la curiosité des auditeurs comme elle a eu la mienne. En attendant la sortie de leurs premiers enregistrements, vous pouvez visiter leur page Facebook pour y trouver une vidéo réalisée en collaboration avec le Mixbus Studio. Aimez donc la page par le fait même, car FROU est définitivement un groupe à garder dans sa mire!

HANSOM ĒLI

Difficile d’écrire sur la magnificence d’Hansom Ēli quand celui-ci nous laisse sans mot. Navigant de l’anglais au français, le duo se compose de la fratrie Guerer, Camille et Alex. Si leur microalbum « Yesterday » sorti en janvier 2019 était déjà sublime, c’est toutefois la monoplage Soho sortie l’été suivant qui fait émerger l’entière somptuosité dans la voix de Camille. Une délicatesse auditive réconfortante qui a transpercé sans aucune difficulté nos supports numériques. Indéniablement, Hansom Ēli est de loin ma plus belle découverte de ce premier Festigram.

MARC-ANTOINE BEAUDOIN

Originaire de Thetford Mines, Marc-Antoine Beaudoin passe son confinement dans la maison familiale et bénéficiait donc d’un public déjà conquis. Seul avec sa guitare électrique, sa performance témoignait d’une grande aisance. En plus des titres figurant sur son premier album « Déséquilibre », celui-ci nous a livré On aurait pu aller voir la mer, écrite en hommage à une personne de sa famille souffrant d’Alzheimer. Chaque direct Instagram présentait des qualités variantes selon l’appareil de captation, mais celui de Marc-Antoine nous a entièrement permis d’apprécier le naturel dans sa voix, une beauté se révélant plus difficile à immortaliser en studio.

SIGNIFICANT OTHER

Significant Other est le projet du montréalais Michael Wexler. Si l’œuvre se veut profondément personnelle, la performance envoûtante du chanteur en était tout autant. Comme de quoi, la suranalyse des petites choses peut mener à de grandes émotions. Espérons que l’album Kimberlite lancé au tout début de la crise du coronavirus saura faire son chemin jusqu’aux oreilles des confinés puisque sa douceur est définitivement un baume à la solitude.

SUPER PLAGE

Habituellement habillé de couleurs et de motifs épatants, Jules Henry passe rarement inaperçu sur les différentes scènes émergentes. Parions que son nouveau projet, Super Plage, ne passera pas lui non plus sous les radars. Par sa sonorité électro, sa courte performance aura assurément réussi à en faire danser plusieurs. Pour ceux qui seraient restés sur leur faim, le projet trouvera le chemin des plateformes numériques le 1er mai prochain. Un album débordant de chaleur qui se présente en même temps que le beau temps, est-ce un hasard?

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *