Cabaret Festif! de la relève : soir 2 – Cabaret de la Maison Otis, 15 février 2020

Duu – Photo : Jacques Boivin

Samedi dernier, le Cabaret Otis s’est à nouveau rempli pour la deuxième soirée – à guichet fermés, cette fois – de la dixième édition du Cabaret Festif! de la relève. On s’en est fait mettre plein les oreilles grâce au rock garage Mélodie Spear, à la forêt de sons de Duu, au country folk de Ben Claveau et à l’électro de Titelaine.

Titelaine

Titelaine – Photo : Jacques Boivin

Le duo franco-pop originaire de Montréal a permis au public de se réchauffer tout en douceur avec ses mélodies feutrées qui s’amalgamaient à des rythmes sucrés et dansants. À la voix, Gabrielle Legault tissait des trames un brin mélancoliques, tandis que son compère Loukas Perrault pilotait les différentes séquences qui composait la musique autrement ensoleillée de Titelaine. Leurs regards complices et leurs petites chorégraphies ont fini de nous mettre un sourire au visage.

Ben Claveau

Ben Claveau – Photo : Jacques Boivin

Ben Claveau a succédé au duo, accompagné à la guitare par Shampouing et par Olivier Beaulieu à la batterie. Ce triumvirat du country folk s’est lancé dans une direction diamétralement opposée de celle du groupe précédent avec un rock festif un peu bluegrass. Sans réinventer la roue, le groupe a livré une performance solide et les compositions de Claveau ont su nous mettre le sourire au visage.

Duu

Duu – Photo : Jacques Boivin

On est passés de 3 musiciens à 5 (et probablement de 6 pédales à 12 000) alors qu’Étienne Dupré se préparait à exporter son projet musical hors de Montréal pour la première fois. Dans les faits, Duu nous a tout simplement éboulis avec une jungle musicale luxuriante et onirique qui savait autant flirter avec la dissonance qu’émerveiller par les timbres des instruments, et en particulier ceux des claviers. Dupré nous guidait à pas lents dans ce monde musical «un peu fucké», sa voix en funambule au dessus des paysages mirobolants. Jacques a pleuré.

Mélodie Spear

Mélodie Spear – Photo : Jacques Boivin

Notre Mélodie Spear nationale et ses Amazones (Juliette Drapeau, Élizabeth Lavallée et Marie Fillod) sont débarquées pour finir la soirée en beauté et tout en feux d’artifices. Nulle besoin de vous dire qu’elles ont tout donné, et que leurs pédales collées sur du carton et leurs guitares duct tapées ont bien servi. En fait, on laisse la principale concernée vous raconter son expérience sur scène, à la première personne:

Allô c’est Mélo. Premièrement, laissez-moi mentionner que Mélodie Spear et les Amazones de St-Vallier est un spectacle à voir ABSOLUMENT. Meilleur que le Cirque du Soleil, Harmonium et Céline réunis. Maintenant que j’ai une bonne citation pour ma revue de presse, laissez moi vous inviter dans mon flux de conscience.

Nous sommes samedi le 15 février et je joue ma dernière chanson, Malcommode, au Cabaret Festif! de Baie-St Pouf. J’ai chaud, j’ai chaud. Flash dans mes yeux. Ayoye. je regarde autour de moi. Maudit qu’elles sont bonnes. À ma droite se tient une bandida du blues avec des moves de cheveux qui rendraient jaloux les gars de DEF Leppard. À ma gauche, avec son gros fuzz enfoncé dans le piton, notre sorcière bien aimée qui lance des sorts à l’aide de sa basse. En arrière, Marie est bah, elle est en train de jouer du drum, mais j’ai aucune idée de quoi elle a l’air, car voyez vous, je suis un peu en train d’escalader une des chaises qui était à ma portée.

Mode acrobate activé. Je surplombe la foule, lance des ignominies qui pourraient me qualifier pour devenir la prochaine Denise Bombardier. Je parle de sarouelles, de marge de crédit, du plan B que devrait avoir tous les artissss et d’affreux tatouages. Les filles en arrière commencent à se rentrer dedans avec leur instruments et je pousse la dernière note : « Baissez vot’ musique du yaaaaaaaaaable ». Alors qu’on descend de scène, Éli balance un pied de micro à terre en guise de remerciements et je lance plein de clins d’oeils involontaires à la foule parce que mon eyeliner a commencé a me couler dans les yeux. Ça d’l’air que mes clins d’œil ont étés payant. Merci public d’avoir voté pour nous. Et merci eyeliner cheap.

Après délibération, les trois membres du jury (Mathieu Ambre de CHOQ, Zita Bombardier-Touret de CKRL et David Ouellet de Coyote Records) ont choisi de faire passer Ben Claveau en finale, tandis que c’est Mélodie Spear, comme vous l’aurez compris, qui a conquis le coeur du public et qui accède ainsi au concours en ligne. On félicite chaleureusement toustes les participant.e.s, qui nous ont amené avec brio aux quatre coins de la musique émergente!

Le 7 mars prochain, c’est Belle Grand Fille, Foisy, le.Panda et Les Royal Pickles qui se partageront la scène pour la 3e soirée du Cabaret Festif! de la relève. On a déjà hâte.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.