Fuudge (+ Renard Blanc) – L’Anti Bar & Spectacles, 22 novembre 2019

Fuudge – Photo : Adrien Le Toux

La formation psych-rock-garage-grunge-toutte Fuudge est venue faire un petit tour à Québec le 22 novembre dernier, question de nous présenter une dernière fois le spectacle en appui à son excellent album Les matricides. Avec Renard Blanc en première partie, cette soirée promettait d’en plein mettre nos oreilles.

Renard Blanc – Photo : Adrien Le Toux

Ces derniers sont d’ailleurs arrivés avec des projections qui fittaient parfaitement avec le mélange de post-rock progressif-psychédélique qui fait planer tout en nous réchauffant les muscles les plus importants dans un show de Fuudge : les muscles du cou. Les compositions de Julien Beaulieu, Alexandre Crépeau et Vincent Lepage sont riches, complexes et mélodieuses, et accompagnées de ces projections toujours à point (dont quelques extraits de Shining, l’enfant lumière qui donnent la frousse) qui nous plongent dans un rêve éveillé. Je n’étais visiblement pas le seul à rêver parce que ça écoutait en titi pour un show rock dans un bar! On en aurait juste pris un peu plus.

Ensuite, les vedettes de la soirée, David Bujold en tête, sont venus donner une leçon de rock sans compromis devant un public affamé. Bon, y’a bien quelques quadragénaires (dont votre humble serviteur) qui étaient plus motivés que d’autres, mais ceux qui savaient sont venus faire du headbanging à l’avant au rythme des riffs assassins de Bujold.

Fuudge – Photo : Adrien Le Toux

C’était exactement comme on se le rappelait : lourd, mais mélodieux, fuzzé à fond, mais facile en christie à suivre (suffisait de voir près de 200 personnes hocher la tête au rythme de Je sais pas quoi faire avec les filles pour vous en convaincre). Fuudge nous amenés rencontrer le Mal qui existe au fond de toutes nos âmes, question de le laisser s’exprimer un brin, au chaud et en toute sécurité. Appuyé solidement par ses complices (Pierre Alexandre, Olivier Laroche et Vincent LaBoissonnière), Bujold a torturé sa guitare (et sa voix) comme peu savent le faire au Québec.

On était en fin de tournée, et ça paraissait : les vieilles tounes étaient rodées au quart de tour, tout nous était balancé avec une précision chirurgicale malgré cette vague impression que le chaos n’est jamais loin.

Fuudge en a profité pour nous annoncer qu’un nouvel album s’en venait (le 31 janvier, ça va s’appeler Fruit-Dieu et ça promet) et pour tester quelques-unes des chansons de ce nouvel album. On peut déjà vous dire qu’on reste dans le même registre… mais que tout est juste encore plus… right. Si une telle chose est encore possible.

Show mémorable où j’ai passé beaucoup plus de temps à m’énerver et à boire de la IPA qu’à prendre des notes. C’est pas grave. L’important, c’est qu’on a eu du plaisir. Et qu’un retour est imminent. On vous invite à ne pas manquer ça.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *