Bon Enfant – « Bon Enfant »

Bon Enfant
Bon Enfant
(Duprince)

Difficile de résister à l’envie de se dandiner et de chanter à tue tête quand c’est Bon Enfant qui joue, que ce soit en spectacle ou sur les deux extraits qu’ils nous ont présentés en guise de prélude à leur premier disque. En écoutant l’album homonyme au complet, vous réaliserez d’emblée que c’est représentatif de l’ensemble: c’est confirmé, vous ne manquerez pas d’occasions de vous trémousser avec leur pop québ aussi créative que rassembleuse! Par contre, permettez-nous aussi de creuser plus loin et d’y trouver également, en plus d’un bijou de finesse musicale, un univers bien plus complexe qu’il semble l’être au premier abord.

En effet, bien que la musique semble regorger d’une énergie débordante de groove et de vie, les thèmes abordés sont loin d’être optimistes : les conflits et la chicane côtoient les pensées noires, les doutes envahissent le quotidien et les échecs s’empilent. Daphné Brissette (Canailles) qui, en plus de chanter, signe les textes en collaboration avec le guitariste Guillaume Chiasson (Ponctuation), nous parle en long et en large d’histoires qui se referment sur elle, où l’hiver ne se cantonne pas aux mois de l’année. Les saisons, d’ailleurs, semblent être omniprésentes même lorsqu’elles ne sont pas nommées. Elles habitent le Ménage du printemps dans l’attente des jours ensoleillés ou la déprime novembresque des liens qui se refroidissent au fil des Petites batailles. Cet ensemble contrastant est enrobé d’un ton bien familier qui oscille entre les références lucides à un quotidien banal et la fuite dans un imaginaire touffu et habité par l’occultisme médiéval. 

En musique, c’est un véritable pot-pourri d’influences qui colorent un album où domine la richesse et l’originalité des sonorités. On y retrouve autant la soul sur Liste noire que le blues touareg sur Magie, le tout amalgamé en un mélange qui trouve sa cohérence dans sa facture. La collaboration du groupe avec Tonio Morin-Vargas aux arrangements, à la réalisation et au mixage y est sans doute pour quelque chose. Si la guitare prend la place qui lui revient sur des pièces comme la psychédélique Insomnie, c’est le clavier qui semble se démarquer le reste du temps, ce qui est particulièrement évident sur Ode aux pissenlits, qu’on aurait dit tout droit sortie d’un jeu vidéo des années 90. 

Cette richesse de sons et de références stylistiques n’est pas étonnante lorsqu’on sait que Brissette et Chiasson ont collaboré avec les autres membres du groupe pour bonifier leurs compositions. Leurs univers folk et punk-rock rencontrent ceux d’Étienne Côté (batterie, percussions, claviers, back vocals), d’Alex Burger (basse, back vocals) et de Mélissa Fortin (claviers, back vocals), qui sont tous impliqués depuis longtemps dans différents projets musicaux de notre bel écosystème local. Résultat: même si le groupe est loin de jouer une musique inutilement compliquée, leur talent transparaît dans les lignes les plus simples sous la forme d’un sens musical aiguisé et qui frappe toujours en plein dans le mille. Rien ne semble être laissé au hasard, dans une musique qui en même temps semble se dérouler le plus naturellement du monde. Bon Enfant porte bien son nom, après tout!

Maintenant, permettez moi de m’éloigner du propos l’instant d’une courte parenthèse philo-littéraire: déplaçons-nous vers la Rome Antique. Au premier siècle avant notre ère, conscient de devoir aborder un sujet profondément angoissant et sombre, le philosophe latin Lucrèce avait choisi, dans son magnifique ouvrage intitulé De rerum natura, d’utiliser la poésie pour, disait-il, «enrob[er] de miel la pilule amère du matérialisme». 

De la même manière, la beauté effervescente de la musique de Bon Enfant enrobe la misère du quotidien qu’elle expose dans ses textes. Par ailleurs, du début de l’album jusqu’à la fin, on constate une envie latente de refuge qui s’exprime par divers fuites, soit vers une fantaisie intérieure soit vers un exutoire comme la fête. Cette recherche trouve cependant sa résolution avec la dernière pièce: dans À l’abri, l’hiver est enfin dehors et plus rien n’a d’importance. De la même manière, l’album de Bon Enfant se révèle être un abri pour chasser l’hiver quand celui-ci a oublié ses limites. 

C’est pourquoi je vous recommande de faire jouer les chansons de Bon Enfant sans mesure en attendant le 14 novembre, date à laquelle le groupe viendra les défendre devant public au Pub Chez Girard, sur Saint-Vallier. Bonne écoute!


1 commentaire
  1. Article fidèle. Après avoir lu l’article, j’ai écouté le groupe pour la première fois et je l’ai reconnu. Comme quand on voyage après avoir lu un guide voyage.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *