Galaxie (+ Laura Sauvage) – L’Anti Bar & Spectacles, 18-19 septembre 2019

Galaxie – Photo : Jacques Boivin

NDLR : Julien a assisté au concert du 19 septembre. Jacques a pris ses photos la veille, dans la même salle.

J’ai assisté à des concerts de Galaxie pas mal souvent (une quinzaine de fois facilement). La première fois, c’était au Dagobert avec Band de Garage pour le lancement de l’inoubliable Le Temps au point mort. Fred Fortin jouait de la batterie dans le band à cette époque-là… Depuis, je suis resté un fidèle spectateur et malgré ma nostalgie pour l’incarnation plus sale du groupe, je dois dire que leurs concerts sont une valeur sûre. Quelque chose sur laquelle on peut compter!

J’étais au deuxième soir de leur mini résidence à Québec qui se voulait aussi un adieu à la tournée Super Lynx Deluxe. De l’aveu même du maître d’oeuvre Olivier Langevin, un véritable cycle s’achève avec la tournée pour cet album. Et avant de découvrir ce qu’il a en tête pour nourrir la bête, on pouvait célébrer de façon très intime la fin de ce cycle de création. (stylistiquement débuté avec l’excellent Tigre et Diesel).

Laura Sauvage – Photo : Jacques Boivin

C’est d’abord une Laura Sauvage bavarde, joyeusement brouillonne et brute qui a préparé cette soirée avec les chansons de ses deux efficaces albums. Elle semblait avoir passé une merveilleuse journée avec la gang de Galaxie, journée aux contours flous qui laissait présager que le party pognerait solidement sur scène. Après une quarantaine de minutes bien tassées à écouter ses chansons offertes en formule guitare électrique-voix, l’impression laissée sur le spectateur ne pouvait qu’être positive.

C’est avec un long jam suivi de la salvatrice Magie Magie que Galaxie a amorcé le dernier concert de cette tournée. Comme d’habitude, c’est puissant, rôdé et foutument efficace. Piste 1 servie assez tôt a mis le feu aux poudres et la foule jusque là attentive et polie (ce qui détonnait avec les effluves d’apocalypse sur scène) s’est réveillée pour de bon.

Galaxie – Photo : Jacques Boivin

Langevin incarnait le personnage de Galaxie (si une telle chose existe) avec une inquiétante verve. Littéralement possédé, il a balancé ses chansons avec brio, semblant toujours naviguer sur la frontière entre le délire et le plaisir. Magnétique serait le mot qui décrirait le mieux cette performance encore plus incarnée qu’à l’habitude. Au point ou le reste du groupe, jouissant pourtant de la proximité inhérente aux performances sur la scène de l’Anti, semblait quelque peu effacé. Il y a bien eu cette superbe reprise de Bowie (Fame) pendant Camouflar, chantée une fois de plus par François Lafontaine; mais sinon, les musiciens ont soutenu la performance endiablée de Langevin, visiblement à l’aise avec le répertoire, mais aussi avec les longs jams initiés par le leader de la soirée.

C’était au final une performance à la hauteur des attentes, et si le groupe ne se met pas beaucoup en danger au niveau du choix des chansons (pas mal toujours le même sur l’ensemble de la tournée) il y avait un petit edge dans cette performance finale qui nous rappelle qu’il y a bien peu de groupes rock québécois aussi efficaces et rassembleurs que Galaxie.

Suffit de d’entendre une pièce comme Super Lynx Deluxe, Interstice ou Zulu en concert pour s’en convaincre… même s’il faudra vraisemblablement être patient avant de pouvoir réitérer. Pis le fan de la première heure en moi a été une fois de plus comblé par Loop servi en solo pendant le rappel et l’instrumental Ehhhhhh! qui a conclu le show dans un bordel sonore bien orchestré.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *