CLIP EN PRIMEUR : Camaromance – « Martine »

Le deuil. C’est vraiment pas un truc facile à exprimer, encore moins en images.

Camaromance (Martine Groulx) y arrive pourtant avec un vidéoclip magnifique en trois tableaux pour sa chanson Martine.

Ce morceau assez émouvant merci a été écrit par Francis Faubert, qui sait gratter une gale, faire sortir la peine, la colère et la douleur, tout en n’oubliant pas de laisser la lumière au bout du tunnel bien allumée, pour qu’on puisse en sortir. Ajoutez à cela les arrangements simples, mais to-the-point de Pierre Fortin, et vous avez déjà une toune qui vous donne le motton.

Pour le clip, il fallait quelqu’un qui pouvait faire avec les images ce que Faubert avait fait avec les mots, et c’est à Mathieu Cyr que Martine a fait appel. Celui-ci a proposé une manière très originale d’exprimer le tout : avec des cordes.

C’est ainsi que l’idée d’utiliser le shibari est apparue. Pour ceux qui ne connaissent pas, le shibari, c’est un art ancestral japonais du ligotage, qui est pratiqué de manière sereine, lente et esthétique. Une façon de figer une émotion, de prendre le temps de l’exprimer et de laisser aux autres le temps de la décoder.

Bon, vous vous doutez bien qu’on ne se lance pas comme ça dans le shibari sans aucune expérience. C’est pour ça que Martine et Mathieu ont retenu les services de Mlle Kate, une artiste professionnelle de l’école Tension MTL. Ensemble, ils ont choisi d’exprimer le deuil en trois tableaux :

Dans le premier, Martine est en position ouverte, vulnérable et exposée.

Dans le deuxième, elle est en position fermée, en repli, presque confortable dans sa souffrance.

Dans le troisième, les cordent se détachent : on peut y voir une libération, mais il est surtout question de force et d’acceptation.

Le résultat? Ces trois tableaux expriment de manière très simple, mais très claire, tout ce qu’on peut ressentir dans Martine. La première fois que j’ai vu le clip, j’ai été soufflé par sa beauté, par l’authenticité des éléments visuels, par la sensibilité de toutes les petites choses qu’on peut voir çà et là. C’est beau à en glacer le sang, c’est à la fois triste et réconfortant.

Un clip où Camaromance montre à la fois sa force et sa vulnérabilité.

Note : Les tableaux présentés ici ont été réalisés à l’aide d’une professionnelle du shibari, qui pratique cet art en respectant toutes les règles de sécurité. Ce n’est pas donné à tout le monde, alors si l’envie vous prend de vous exprimer vous aussi à travers les cordes, on vous invite fortement à vous informer davantage sur le sujet. En passant, des cours de shibari sont offerts, tant à Montréal qu’à Québec.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *