On va faire ça short and sweet : vendredi passé, Lockwell a été su’a coche.

Lockwell – Photo : Charline Clavier

En vrai, le groupe joue en boucle dans mes oreilles depuis un bon bout déjà. Comme plusieurs, je les ai d’abord connus par leur premier mini-album qu’est « Snooze », un regroupement de six compositions assez joviales qui m’ont tout de suite plu à la première écoute, me faisant penser à un jam de bord de mer. C’est en effet dans « Snooze » que se retrouve leur plus grand succès, Tipping Toes, qui n’a pas manqué à l’appel vendredi lors du lancement de leur deuxième EP, « Toss the Tooth ». Bien sûr, j’avais assez hâte de découvrir les cinq nouvelles compositions qui formeraient ce nouveau projet musical. La barre était assez haute, car vu la constante progression du groupe à travers leurs nombreux spectacles entre la sortie des deux albums, je m’attendais à ce que leur nouveau matériel suive cette constante courbe vers le haut.

Mes amis, je n’ai pas été déçue, loin de là. Je dois m’avouer assez impressionnée.

Lockwell est beaucoup plus haut dans l’escalier qu’il ne l’était à son entrée sur la scène musicale en mai 2016, alors que la salle de spectacle du Cercle était encore des nôtres. Leur talent était déjà perceptible, et les six membres du groupe bénéficiaient d’un avenir assez prometteur. Mais qui aurait pu prévoir une aussi grande évolution dans la qualité de leur matériel?

Lockwell – Photo : Charline Clavier

Campée quelque part entre les nombreux spectateurs qui formaient le public du café Maelstrøm ce 23 novembre, je pouvais sentir jusqu’au fond de la pièce le plaisir que portait Lockwell à jouer de ses instruments devant cette foule fort attentive mais qui, avant tout, avait le sourire aux lèvres tout au long de la soirée. Un sourire, on ne peut pas manquer de le souligner, dû à la si belle complicité qui unit les différents membres du groupe. On sentait également le soutien de la foule pour le groupe, qui connaissait de manière personnelle une bonne partie des gens présents au lancement d’album. Après tout, comme on dit, le monde est petit à Québec. Qu’il s’agissait de venir les encourager en tant qu’ami ou connaissance ou tout simplement par intérêt musical, un sentiment de collectivité s’est fait ressentir dès leur entrée sur scène. C’est dans cet esprit que Lockwell nous a fait vivre un moment d’une belle intimité entre les quatre petits murs du Maelstrøm.

Tous les éléments étaient réunis pour faire de ce lancement d’album une réussite; foule attentive, bonne bière et salle chaleureuse. Mais qu’en est-il de la musique qu’ils nous ont jouée, de ces cinq nouvelles compositions? Parlons maintenant de la crème de la crème de la soirée.

Mini-album beaucoup plus grave et sombre que le précédent, on sent qu’il s’agit ici d’un matériel plus axé sur le rock qu’auparavant. Personnellement, et je sais qu’il en est de même pour Charline qui était derrière la caméra ce vendredi, je préfère de loin ce que Lockwell nous a offert avec « Toss the Tooth » que ce qu’ils ont présenté en lien avec « Snooze » (bien que l’un n’empêche pas l’autre). Le petit côté qui me donnait une vague impression d’air salin a fait place à des émotions beaucoup plus profondes et palpables, à des notes riches et variées telles que dans Medicine to My Mind, où la voix de Jasmin Normand vers la fin de la pièce va toucher directement au coeur des auditeurs. Le public s’est totalement plongé dans leur folie passionnelle, se laissant à la fois impressionner par le professionnalisme grandissant de Lockwell, et amuser par leur exploration de nouveaux horizons. Définitivement, le groupe a des couleurs beaucoup plus concises et complexes qu’auparavant, et c’est grâce au dur travail qu’ils ont mis derrière leurs nouvelles compositions, qui sont beaucoup plus léchées que celles du dernier EP. On sent un chemin beaucoup mieux tracé dans « Toss the Tooth », qui me laisse croire que le collectif n’en est qu’au début de sa carrière. Les gars dansaient avec nous au rythme de leurs chansons, jetaient des sourires complices à la foule, chantaient en coeur sur différents registres approfondissant leur richesse musicale et maniaient leurs guitares et autres instruments de manière aisée et naturelle.

Difficile de résumer en si peu de mots cette performance qui me fait croire au grand potentiel de Lockwell.

Quand je n’aurai pas trop d’inspiration pour choisir de la musique à faire jouer, je sais que Lockwell sera un petit passe-partout. Non seulement ça me met de bonne humeur en me donnant une envie frivole de danser au rythme de leur musique, mais c’est toujours une belle occasion de faire découvrir à mon entourage un groupe de Saint-Roch qui livre de solides performances.

On se souviendra de ce spectacle au Maelstrøm comme d’un doux secret que peu auront eu la chance de recevoir.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here