Waahli
Black Soap

Waahli est mieux connu depuis 2002, année où il a remporté un concours de hip hop qui lui a permis de voyager et d’étendre non seulement son réseau, mais aussi ses influences. Des influences soul funk, traditionnelles et jazz nous transportent tout au long de l’écoute. Il est engagé auprès de la communauté haïtienne et continue de faire des chansons à texte.

On sent bien que Waahli est libre d’explorer ce qu’il aime, car dans un même album, on a l’impression d’entendre un mix préparé pour une ambiance de 5 à 7 réussie. Kote, la première pièce, me rappelle les années 2000, avec une musique lounge à souhait. Alors que la suivante est plus rythmée et rappe avec des cuivres qui viennent se mélanger aux voix plus traditionnelles et donner un aspect jazz, Black Soap, la pièce titre, commence avec un chant traditionnel auquel se greffe le rap dès l’intro passée. On a vraiment envie de danser avec ces alternances de rythmes.

Un beau mélange, selon moi, et une belle découverte.