Haute réjouissance à la Képinski

Lydia Képinski – Photo : Jacques Boivin

Si l’album « Depuis »  de Lydia Képinski est sorti en avril dernier, il aura fallu attendre la fin de la saison des festivals pour lancer l’album dans la Vieille Capitale. C’est donc bien rodé d’un été chargé que Lydia est débarquée en ville. On commence à le savoir, l’artiste aime faire les spectacles différemment et c’est donc au Drague Cabaret Club que ce lancement a eu lieu.

Sami Landri – Photo : Jacques Boivin

Au début de la soirée, c’est l’artiste de drag Sami Landri qui a eu la mission de réchauffer la salle. La populaire créatrice de contenu sur TikTok a fait chanter la foule sur des adaptations libres francophones de chansons pop populaires. Fortement appréciée auprès des jeunes, Sami était visiblement connue d’une bonne partie de l’audience. Après deux pièces, l’artiste d’origine acadienne s’est exclamé « On m’a demandé de faire deux tounes, mais j’ai envie d’en faire une autre. Les musiciens, can you handle it? ». Au moment de chanter, c’est toutefois la voix de Lydia qui s’impose sur les lèvres de Sami pour exécuter en lipsynch Imposture. Le programme principal de la soirée était officiellement lancé!

Toute en paillettes et en scintillant, Lydia Képinski est sortie de l’arrière des rideaux des loges pour rejoindre Sami. Dès les premiers moments, l’intensité Képi était dans le tapis. Il y avait une sorte de tension dans l’air, dans ce rassemblement de fans plus que convaincus. La générosité était abondante, de Képinski vers son public, mais aussi, et surtout, du public envers Képi. Se crinquant mutuellement l’un et l’autre, l’énergie n’est jamais tombée, pas même lors des pièces plus calmes de l’album (quoiqu’assez peu nombreuses).

Lydia Képinski – Photo : Jacques Boivin

Au programme, on avait intégré aux nouvelles pièces quelques succès de « Premier juin », l’album précédent de l’artiste. Celles-ci se mélangeaient parfaitement aux pièces plus dansantes de « Depuis » pour offrir une ambiance festive soutenant habilement la réjouissance de l’événement. Il faut effectivement souligner qu’un spectacle de Lydia, c’est toujours une réjouissance! Ses prestations, marquées d’une performance forte, d’une maîtrise de l’art du spectacle qui, additionnées d’une mise en scène presque sans failles, ne peuvent que résulter en une expérience mémorable. Aller voir Képinski, c’est s’offrir des souvenirs mémorables, et c’est pourquoi on l’adore encore et encore. Ce soir-là, on l’a aimé à profusion en criant son nom et en chantant à s’en briser la voix. À un moment, les applaudissements et les cris de joie parvenant de la foule en ont même ému, voire presque gêné, l’auteure-compositrice-interprète.

La soirée était complète, aucun billet n’est resté orphelin. La salle était bondée pour saluer le passage de Lydia à Québec. C’était le premier spectacle de musique au Drague Cabaret Club depuis le lancement d’Anatole en 2018. Si la très haute scène a dû laisser quelques tensions dans le cou des spectateurs aux premiers rangs, le lieu s’est révélé parfait pour cette brillante soirée. Merci à tous ceux qui ont contribué à faire de ce lancement une soirée créatrice de souvenirs mémorables.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *