On a chaviré au Pantoum avec Alexandra Lost

Alexandra Lost – Photo: Llamaryon

Le 13 mars dernier, j’ai eu la chance de réaliser un de mes fantasmes du moment lorsque j’ai vu Alexandra Lost jouer en formation complète. Oui, oui, en plus de Jane Ehrhardt et de Simon Paradis, on a pu voir Luke Dawson (basse, contrebasse, voix), Isabeau Valois (mandoline, claviers, voix) et l’omniprésent Jean-Étienne Collin Marcoux (batterie, swag). Ça promettait.

Le concert avait déjà été reporté d’une semaine parce que Jane avait des problèmes de voix, alors j’ai réduit mes attentes un peu. Pour rien, parce que dès l’entrée sur scène de nos amis musiciens, on a pu apprécier une interprétation juste et bien sentie de Dream Angus. Oui, Jane l’a jouée safe, mais tout était là… les synthés atmosphériques, la ligne mélodique très folk et… une voix précise qui évitait tout simplement les notes les plus hautes (un.e néophyte n’aurait pu rien voir aller).

Après ce petit moment de douceur, le groove de Closing Down the Weekend, et c’est là qu’on a pu voir ce que ça donne vraiment, un show d’Alexandra Lost avec une bande de musicien.nes chevronné.es! La voix d’Isabeau se mélange parfaitement à celle de Jane, Luke te caresse sa contrebasse avec la même tendresse que lorsqu’il joue avec Les Chercheurs d’Or, Jean-Étienne est fidèle à lui-même et Simon supervise le tout derrière ses claviers en ajoutant une ou deux subtiles couches d’ambiances. Dans la salle, ça se déhanche doucement, et ça se dégêne tranquillement pas vite. Les déhanchements (doux) prennent pas mal plus de vigueur quelques chansons plus tard sur l’entraînante Alexandra’s Dream et c’est là qu’on remarque qu’on ne niaisait pas quand on disait qu’Alexandra Lost, c’est le retour en force du Yacht Rock, un genre de edging musical où on est constamment sur le point d’exploser. Santa Monica (I’m Going Home) était la chanson qui me faisait le plus peur pour la voix de Jane (elle te shoute ça solide sur disque), mais mes craintes n’étaient pas fondées. Pis c’est encore plus intéressant live que sur l’album!

On a eu aussi de beaux moments doux, comme sur Mother’s Daughter (c’est ben celle-là que vous avez jouée à quatre mains, hein?) et Pays perdu, un petit voyage avec une touche de psychédélisme sur Boats, et on a pu voir que Jane et Simon n’ont jamais renié leurs racines avec Maps & Directions, sur laquelle le public se laissait doucement aller, comme autant de petites vaguelettes qui s’échouent doucement sur la rive,

Vous comprendrez qu’on a passé une fichue belle soirée, que le duo/quintette nous a offert une performance digne du gros album sur lequel celle-ci s’appuie et que notre univers musical est ben chanceux de pouvoir compter sur ces personnes bourrées de talent. Mon genre de dimanche au soir, comme on dit.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.