Jay Scøtt et LaF – Authentiques et uniques

LaF. Photo : Noémie Rocque

Les spectacles à la Source de la Martinière sont enfin de retour et le 11 juin dernier, le duo composé de Jay Scøtt et de LaF a fait salle comble. Toujours en zone orange, les futurs spectateurs étaient arrivés plus tôt pour prendre un verre sur la terrasse, seul endroit alors autorisé à la consommation. À 19h30, ceux-ci se sont donc empressés de terminer leur verre en attendant que Jay prenne place sur la scène.

Jay Scøtt

Jay Scott. Photo : Noémie Rocque

Le nom de Jay Scøtt circule de plus en plus ces derniers temps. Ses airs simples et accrocheurs se font facilement une place dans nos listes de lectures estivales. Sur Youtube, les vidéos de l’auteur-compositeur-interprète atteignent les dizaines de milliers de vues. C’est néanmoins le titre Copilote, en collaboration avec Fouki, qui se démarque avec 250 000 visionnements. On va se le dire, Jay est sur une belle montée.

En vidéo comme en personne, on sent un côté vrai, brut, chez le jeune homme. On laisse tomber les artifices, on revient aux bases et ça fonctionne! Si la foule rassemblée était principalement là pour LaF, la frénésie de ce retour à un semblant de vie normale était palpable dans la salle. Certaines spectatrices ont toutefois donné un peu de fil à retordre au musicien par leurs nombreuses interactions, en parlant à haute voix et en devançant même l’artiste sur ses paroles. Malgré les interventions de Jay visiblement irrité de la situation et celles de l’équipe de la Source de la Martinière, les demoiselles n’ont pas compris le message.

L’artiste a toutefois su composer avec brio avec le défi et nous faire (presque) oublier leurs perturbations. Accompagnée de Florence (que Jay désigne de « meilleure chanteuse intergalactique ») la performance acoustique a bien mis les assises et ouvert la voie pour l’explosion qui allait suivre.

LaF

LaF. Photo : Noémie Rocque

Je l’ai déjà dit, visiblement, la foule était là pour le trio de rappeurs. L’ambiance dans la salle a monté d’un cran dès que les trois jeunes hommes ont fait leur entrée en sautillant. Si le nombre de places limitait l’audience en nombre, Mantisse, Jamaz et Bkay, accompagnés de leur DJ, ont offert un show digne d’une foule d’une centaine de personnes.

L’énergie était débordante, ça sautait et courait d’un côté à l’autre de la petite scène du bar. Bien assis, les spectateurs laissaient leurs bras s’envoler dans les airs. Dans la salle sombre et tamisée, on devinait leur haut de corps exécutant des mouvements de danse subtiles. Le titre du roi de la grouillade revient toutefois inévitablement à Mantisse et à sa façon si particulièrement attachante de gesticuler. Le jeune homme à la longue chevelure portait ce soir-là un t-shirt rose poudre avec un ourson, une présentation hétéroclite qui redéfinit l’image qu’on se fait du style.

C’est justement dans ce mélange hétéroclite et dans son unicité que LaF trouve toute sa force. Chacun des trois rappeurs a sa voix singulière, en timbre et en accent. La prononciation de Jamaz, Français ayant adopté Montréal comme terre d’accueil, apporte une texture supplémentaire aux pièces. Bkay a quant à lui un côté bien groundé, plus cérébral et cartésien, contrastant avec la voix puissante et harmonique de Mantisse. Bref, ce trio, c’est l’équilibre parfait. Chacun de ses membres y joue un rôle primordial permettant à LaF d’être l’un des meilleurs groupes de rap québécois.

Et que dire de leurs textes? Dans le rythme and poetry, les paroles ont une place de choix et les trois jeunes hommes maîtrisent la plume. Leurs paroles naviguent d’un franglais familier au français soutenu avec tellement de naturel qu’aucune transition ne s’impose. On y travaille les assonances et les allitérations qui offrent musicalement un niveau rythmique transcendant et caractéristique. Même en salle, leurs mots et leurs chants parfaitement prononcés se démarquent parfaitement, ce qui nous permet d’apprécier chacun de leur ver.

Le spectacle s’est terminé sans rappel, mais les spectateurs n’ont pas quitté la salle en restant sur leur faim tellement la prestation a été copieuse! L’audience réduite nous a permis de vivre une connexion plus intime avec le groupe et les commentaires de satisfaction étaient abondants au moment de quitter la salle.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.