En quarantaine avec Marie-Gold

Par Danaé Maltais et Félix Duchesne
Marie-Gold
Règle d’or

Marie-Gold revient dans le paysage hip-hop québécois avec Règle d’or, qui fait suite à son EP Gold : Une mélodie, paru en 2018. Avec Règle d’or, le message est clair, puissant et convaincant. Son attitude provocatrice reste la même et on retrouve la thug de Bad Nylon. Règle d’or est un album bien construit, stylistiquement fluide et cohérent. 

En novembre dernier, les extraits JACK et Pousse ta luck sont sortis simultanément pour donner un avant-goût du style de l’album. Les deux pistes ont deux vibes assez différentes et en écoutant l’album, on peut conclure que c’est celle de Pousse ta luck a pris le dessus lors de la création.  

Marie-Gold a l’habitude de s’autoproduire. Pour Règle d’or, elle s’est entourée d’une équipe, ce qui lui a permis d’aller dans des zones qu’elle avait de la difficulté à explorer seule. Un travail de production incroyable permet aux paroles complexes d’être bien transmises au public. 

« Chaque texte résulte d’un moment émotif et personnel fort que j’ai vécu. Pour moi, c’est important que j’aime les textes, d’abord et avant tout. Je voulais que l’album soit riche musicalement, qu’il y ait des arrangements, des textures » 

Marie-Gold

Plusieurs instruments se font d’ailleurs entendre dans cet opus : guitare, basse, batterie, violons, synthétiseur, trompette et contrebasse. La rappa s’épaule de plusieurs beatmakers et le mix est assuré par le parisien Igor Dubois (du collectif Noventigum). 

L’album ouvre avec La seule règle, une piste à l’atmosphère calme, soupçonnée d’autotune, qui introduit en douceur le projet. Des sonorités R&B ponctuent la chanson, et le métissage de styles continue tout au long de l’album. 

Sur Impatiente, on se rapproche davantage du rap québ pur et dur. C’est avec un flow versatile, parfois rapide, parfois lent, que Marie-Gold nous entraîne avec un refrain qui reste dans la tête. L’apparition des violons à la toute fin ajoute de la richesse qui conclut bien la chanson. 

La finale, Doser, offre pendant 6 minutes un beat vibrant, qui est le seul produit par Marie-Gold dans l’album. La voix caractéristique de J-Kyll sur la piste amène une force au texte qui est livré extrêmement fluidement. 

La seule règle d’or

Briser les règles, c’est un thème récurrent dans les paroles de Marie-Gold.  Elle nous mentionne qu’il y a un guide de l’utilisateur de l’album : Il faut savoir que le concept de « Règle d’or » vient d’un philosophe nommé George Bernard Shaw et de l’une de ces citations : 

« La seule règle d’or c’est qu’il n’y a pas de règle d’or. » 

Marie-Gold accorde beaucoup d’importance à la liberté de remettre en question les codes et modèles établis. Elle tente d’appliquer ce principe dans toutes les sphères de sa vie, notamment concernant sa place dans le rab québ. Étant une femme et étudiante en génie physique à la Polytechnique de Montréal, il va sans dire qu’elle bouscule les préconceptions de la scène rap actuelle. 

Lancement d’album

Dans la foulée de la COVID-19, le lancement d’album qui devait avoir lieu au Ministère à Montréal le 25 mars est reporté à une forme de festivité imprévisible, qui se produira quand la vie reprendra son cours. En attendant, on vous laisse sur le vidéoclip de la chanson Goélands (feat Kirouac et Lydia Képinski) et on vous suggère fortement d’aller écouter Règle d’or dès maintenant!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *