FESTIVAL D’ÉTÉ DE QUÉBEC – 12 juillet 2019

Alaclair Ensemble – Photo : Nicolas Padovani

On pourrait penser, à regarder nos comptes rendus, qu’on est en train de s’essouffler. N’ayez crainte, chers lecteurs, on fait juste respecter notre rythme pour nous rendre au bout de ce marathon (qui, aujourd’hui, commence à 15 heures avec une soirée rap québécois qui va être bin bin le fun).

Mais parlons d’hier. D’un côté, on a Nicolas qui s’est promené d’une scène à l’autre en haute ville et en basse ville, passant de Trépas à L’Anti à Logic sur les Plaines, en passant par Donzelle et Obey the Brave. Genre, le gars en a pas mal entendu pour tous les goûts. Et il a pris de fichues belles shots, as usual.

De l’autre, le power-couple Boivin-Tremblay a passé une douce soirée en amoureux à l’Impérial Bell avec les incontournables Laurence-Anne et Safia Nolin.

On peut difficilement trouver plus de contrastes…

Laurence-Anne

Laurence-Anne – Photo : Jacques Boivin

Si l’affiche présumait une seule artiste, c’est un band de montréalais plus que complet avec des amis du Pantoum (à la guitare et au son) qui a foulé les planches de l’Imperial devant un parterre de curieux.

A mi-chemin entre la nature morte et les années 1990 (merci Gab Paquet pour les suit de skidoo fluo, le casio et le sax), Laurence-Anne nous propose ses atmosphères où la voix est un instrument à part entière. Elle enchaîne les morceaux principalement tirés de son album Première apparition, avec l’ajout d’une Orchidée poétique.

Tout en langueur et en soupirs, elle nous transporte dans son univers un peu spatial, distillant lentement son poison pour nous bercer.

Appuyée par un groupe imaginatif et ses sons parfois légèrement dissonants, elle susurre ses textes contemplatifs, entre bruits spatiaux, solo de sax, chants d’oiseaux et cloches en tout genre, distribuant des fruits à des couples enlacés. Une belle première partie qui promettait de l’écoute pour la seconde.

(Marie-Laure Tremblay)

Safia Nolin

Safia Nolin – Photo : Jacques Boivin

Est-ce qu’on vous a déjà parlé de Safia? Ici? Juste un peu? Encore? Alors revoir Safia en spectacle, c’est un gros plaisir renouvelé, une expérience complète où tu sais que tu vas verser quelques larmes, rire beaucoup et communier.

C’est avec son décor de tournée que Safia est venue habiter l’Imperial, après un passage remarqué sur les Plaines où, ravie de son expérience, elle a appris que tout le monde s’aime (respect à Éric-rocker-mode-de-vie et Marjo).

Si elle chante encore son mal-être tiré son trop bien nommé Dans le noir, en commençant son spectacle par Miroir, sa voix douce et ses interventions candides équilibrent le tout.

Devant un public visiblement conquis, en brassière (faisait chaud, même sans les flammes), et avec quelques ajouts à son clin d’œil à Radio X qui a une saveur particulière par ici, elle a fait défiler ses chansons, entrecoupées d’anecdotes savoureuses.

À la fois touchante lorsqu’illuminée par la présence de Pomme (à deux reprises) en duo, où on ne pouvait pas s’empêcher de coller aveuglément son voisin (après avoir proposé à ma voisine de la frencher pour avoir des raisins de Laurence-Anne… on va dire que c’est le temps que le FEQ achève!)… et puissante avec Igloo qui nous rentre dedans.

Entre tout ça il y a eu des moments nostalgiques avec le public en choeur sur une collabo France-Québec qui date un peu (tsé on est en 2019! Dixit Safia), de même que Lesbian Break-Up Song (en duo avec Pomme) dédiée aux filles qui se frenchaient en avant et un merci à Ti-Cuir.

Le tout s’est terminé avec une Encore étiré pour éviter le rappel fake. Tu reviendras, Safia, et on sera là pour partager.

(Marie-Laure Tremblay)

Logic

Logic – Photo : Nicolas Padovani

Je m’attendais à peu près à rien du rappeur de Maryland, ayant seulement entendu des critiques assez acerbes sur ses derniers albums, et honnêtement c’est sans doute le meilleur show du FEQ que j’ai vu. En terme d’énergie, de son et d’interactivité avec le public, il remplit toutes les cases du gars sympathique. Comparativement à Kendrick Lamar il y a 2 ans où le rythme du show était un peu brisé et la mise en scène simpliste, Logic ne lâche pas ses fans d’une semelle, profitant à un moment pour lancer des t-shirts dans la foule ou pour souhaiter bonne fête à un gars au premier rang et misant sur un éclairage à la fois malléable et impressionnant. C’est validé.

(Nicolas Padovani)

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.