Lydia Képinski – Vieux-Théâtre de Saint-Fabien, 21 juin 2019

Lydia Képinski – Photo : Charline Clavier

Mon coeur, qui est toujours tourné vers l’est du Québec, a été réjoui d’une invitation de Nathalie Dion, amie et responsable des communications pour le Vieux-Théâtre de Saint-Fabien. Quand le nom de Lydia est apparu dans la conversation, il n’y avait plus tellement de réflexion à se faire sur l’approbation ou non de la demande. C’était un gros OUI. 

Découverte par son album 1er juin en 2018 puis par son apparition au festival La Noce la même année, j’aime suivre pas à pas ses nouvelles performances tel que le show SADENIGHT au Cinéma l’Amour et plus récemment son remix Tout ceci n’était qu’un rave.

Lydia Képinski – Photo : Charline Clavier

Lydia touche par sa conceptualisation visuelle et sonore, que ce soit en composition ou par delà de ses textes, le tout mène à une réflexion frontale. C’est bien ça son principal atout, les mots se frappent, s’enchaînent et t’enchaînent sans que tu puisses y faire quoi que ce soit. Lydia est un porte étendard de ce qu’il se passe au fond de tes tripes. Que tu le veuilles ou non, il faut que ça sorte, et promis, l’expérience en vaut la peine. 

Débutant avec son titre Les routes indolores et ce, à même la salle, Lydia se déplace entre les spectateurs, touchant le haut de la tête de certains tel une bénédiction salvatrice. 

Tout au long de la performance, la foule nouvellement initiée à l’expérience Képinski danse et se laisse porter par cette fougue empathique que la jeune femme sait contrôler d’une voix de fer. Avec son nouveau matériel tiré de Tout ceci n’était qu’un rave et ses précédente pièces, le public vacille entre le rock brut et l’electro dansant. 

Les musiciens entourant l’artiste se complètent dans une force spectaculaire. 

Blaise Borboën-Léonard, au violon et aux synthétiseurs, entraîne une lecture tantôt acérée et parfois élévatrice qu’il nous est difficile d’ignorer. 

L’ajout d’une personne au choeur et aux pédales donne une nouvelle profondeur fonctionnant à merveille avec la recherche musicale de la jeune artiste.

Lydia Képinski – Photo : Charline Clavier

Ce vendredi soir était le premier show d’une longue liste du Vieux-Théâtre. Le lieu accueille plus d’une dizaine d’artistes tout au long de l’été. De par le cadre idyllique et sa programmation folle, je t’invite à y faire un tour. 

Viens prendre une marche à Saint-Fabien-sur-Mer, profite des embruns légèrement salins, respire bien, plusieurs fois, et termine ta route au théâtre. De plus, la proximité entre les spectateurs et les artistes donnent une nouvelle expérience qu’il est parfois difficile à trouver en ville. 

En tout cas, pour la journée la plus longue de l’année, on aurait pu continuer jusqu’au petit matin que personne n’aurait vu ça aller. 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *