Salomé Leclerc
Les choses extérieures
(Audiogram)

En ce mois d’octobre, la multi-instrumentaliste et auteure-compositrice-interprète Salomé Leclerc nous offre un troisième disque introspectif : Les choses extérieures.

Album homogène, les pièces plus courtes se succèdent à l’intérieur de thèmes plutôt sombres, mais aussi teintés d’un espoir révolutionnaire. Salomé Leclerc se transforme littéralement en femme-orchestre pour ses dix chansons, que ce soit par les arrangements complexes de celles-ci et touchant même à la réalisation.

C’est la pièce Entre ici et chez toi qui ouvre l’album et qui met le ton sur celui-ci. Rythmes éloquents, piano et guitare électrique accompagnent les premières paroles qui critiquent une façon d’aimer qui laisse à désirer aujourd’hui.

Ton équilibre, une pièce à la guitare, fait place au sentiment de vulnérabilité. C’est une véritable mise à nu qui vient tout de suite toucher l’âme. Les paroles si bien choisies expriment un mal-être qui n’est pas toujours évident à cerner, mais qui mérite d’être exploré le temps d’une chanson qui fait réfléchir. S’ensuit la pièce Nos révolutions, avec sa mélodie inquiétante, son tempo rapide et ses harmonies vocales en symbiose avec ses messages.  Sa finale toute douce fait du bien aux oreilles.

Chanson #7 (Les choses extérieures) au piano, nous fait planer dans un univers introspectif rêvant de liberté. L’ambiance grunge de la chanson Des plumes et des ombres raconte quant à elle, une histoire amoureuse houleuse sous une guitare lourde qui accentue l’émotion et rappelle les ballades rock des années 90.

Tantôt plus acoustique, tantôt avec un son plus rock, l’instrumentation, les effets et les harmonies vocales varient d’une pièce à l’autre sans jamais peser sur la douce voix de l’artiste et ses paroles aussi percutantes que poétiques. Un équilibre parfois difficile à atteindre, mais que Salomé Leclerc réussit brillamment sur cet album.  La profondeur des sentiments explorés dans les pièces nous emporte dans un univers ombragé teinté de lumière.

Juste à temps pour l’automne gris-bleu, Les choses extérieures saura nous accompagner à travers le froid, les nuages et nos cafards de la saison morte. Un disque à écouter pour redécouvrir une artiste aux multiples talents qui ne cesse de se réinventer et de se dévoiler!