J’aime beaucoup Koriass. Ses textes se démarquent par l’originalité de leurs sujets, le gars nous surprend nous toujours par ses implications sociales et sa musique est juste excellente. Ne suivant pas trop les potins, j’ignorais complètement avant la sortie de son premier extrait radio que Koriass avait eu une année difficile. Et difficile est un terme faible pour décrire ce qu’il a traversé. Si vous voulez connaître les potins, vous êtes au mauvais endroit, on va se concentrer sur la musique, mais je voulais saluer le courage de cet homme pour s’être relevé après tant de noirceur pour redonner à son public fidèle de nouvelles chansons et de nouvelles leçons pour la jeunesse québécoise.

Zach Zoya – Photo : Léa-Ly Roussel

Zach Zoya

Bon je l’avoue, je suis arrivé un peu en retard pour Zach Zoya; Mon Doux Saigneur retenait mon attention à l’Intermarché Saint-Roch… Mais lorsque j’ai finalement atteint la zone média presque vide (médias culturels vous êtes où?), j’ai pu constater que la soirée était déjà enflammée et que le parterre sautait au rythme des basses profondes du hip-hop. Zach Zoya, étoile montante du rap anglophone et jeune prodige, sait faire lever une foule même si elle ne semblait pas tant connaître sa musique. Le jeune rappeur a un flow très impressionnant, très découpé et démontre une maîtrise quasi parfaite du rythme des mots. Son beatmaker, High Klassified, est déjà à lui seul une figure importante de la scène hip-hop et électronique. On sent une grande inspiration des rythmes du trap américain, très populaires en ce moment. Zach Zoya et son équipe ont vraiment réchauffé la foule qui était crinquée pour recevoir le vétéran de la scène hip-hop québécoise.

 

Koriass – Photo : Léa-Ly Roussel

Koriass

Il y avait de l’émotion dans l’air. Dès son arrivée, Koriass a eu droit a une longue ovation de la part de ses fans qui semblaient le remercier d’être revenu sur scène et de continuer la musique malgré tout. L’artiste, qui semblait profondément touché par cette déclaration d’amour de ses fans, a débuté son spectacle de lancement d’album avec la première pièce de son nouvel opus : J-3000. Une pièce qui expose la noirceur de ses idées et de la maladie mentale qu’il a vécue ces derniers temps. Tout au long de son spectacle, on a pu partager des moments forts avec l’artiste. Une des interventions les plus fortes a été lorsqu’il a pris un moment avant Cause perdue pour nous avouer que cette année, et aussi avant, il avait pensé au suicide et que cette idée commençait à s’implanter dans sa tête. Finalement, il nous a fait passer le message de faire attention aux gens autour de nous et que si on sent de la détresse psychologique chez un proche, il ne faut pas baisser les bras. On se doit de continuer à vouloir l’aider sans relâche, car c’est ça qui a sauvé la vie de Koriass et cette chanson en témoigne très habilement.

Koriass – Photo : Léa-Ly Roussel

Bien qu’on aurait aimé avoir Fouki pour Lait de chèvre et Miracles, des bandes audio ont joué les refrains chantés du protégé de Koriass et permettaient aux dits refrains d’avoir une certaine étoffe.

Koriass est une légende du rap keb. Il évolue dans le milieu depuis 20 ans et cette année marque les dix ans de Les Racines dans le Béton, son premier opus. Sur scène, on voit son expérience, ses rhymes bien placées et  sa capacité de donner un spectacle généreux pour ses fans.

Merci pour ta générosité en spectacle et pour cet album encore excellent qui est un témoignage sincère des conséquences des maladies de l’industrie de la musique et de la maladie mentale. On t’aime Koriass, merci pour tout.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here