Un spectacle magique de Matt Holubowski à La Taverne

Samedi soir dernier, La Taverne de Saint-Casimir était bien remplie pour le spectacle du récent album de Matt Holubowski, Solitudes. La diversité des gens présents dans la salle m’a surpris, c’est à croire que Matt à un public très large et intergénérationnel.

[caption id="attachment_35855" align="alignnone" width="300"] Matt Holubowski – La Taverne de St-Casimir (Salle de spectacle Les Grands Bois)
crédit photo: Alex Deschênes[/caption] Bien qu’il soit accompagné de fabuleux musiciens en spectacle, Matt est entré sur scène seul, avec sa guitare acoustique et seulement une faisceau de lumière sur lui en guise d’artifice. Il interprètera le premier extrait The Warden & The Hangman de son nouvel album Solitudes sorti en septembre dernier. Les musiciens sont entrés sur scène sans grand éclat au fil de la chanson. C’est à ce moment que j’ai aperçu Marianne Houle derrière son violoncelle. Cette musicienne qui performe également avec Antoine Corriveau et Sarah Toussaint-Léveillée est d’un talent incroyable. Elle ajoute un son planant aux tonalités acoustiques qui se mélange bien à la voix chaude et unique de Matt.

Il a enchaîné avec Exhale/Inhale accompagné d’un Ukulélé comme instrument ce qui a ajouté une touche plus festive à la chanson. Il en fera même la remarque : « On m’a dit que ça allait être festif à soir, on n’est pas habitué de jouer dans des bars, en plus y vendent de la bonne bière !». En effet, la salle de spectacle de La Taverne nous permet de goûter aux délicieux produits de la microbrasserie Les Grands Bois, fabriqués sur place.

À la guitare électrique, Simon Angell que l’on a pu apprécier aux côtés du talentueux Patrick Watson, a été mon coup de cœur du spectacle. Par moment, le son lent mais intense qu’il livre nous rappelle d’ailleurs l’ambiance que l’on retrouve sur l’album Adventures in your own backyard de Patrick Watson.

[caption id="attachment_35853" align="alignleft" width="300"] Matt Holubowski – La Taverne de St-Casimir (Salle de spectacle Les Grands Bois)
crédit photo: Alex Deschênes[/caption]

Matt Holubowski lui laissait souvent la place pour des solos électriques très intéressants que l’on ne retrouve pas sur Solitudes. Ce fut principalement le cas sur la pièce La Mer/Mon père, sur laquelle j’ai fermé mes yeux à plusieurs reprises pour bien apprécier l’émotion de la pièce.

Je vous recommande fortement d’aller voir un spectacle de Matt Holubowski pour mieux comprendre ses créations musicales. Il nous livre ses chansons de façon généreuse en nous partageant le contexte de composition avant de la jouer. Comme il l’a fait pour la chanson Old man que l’on retrouve sur son premier album, Ogden, Old man. «C’est une chanson qui explique comment je me sentais à 22 ans».

Matt dégage une vieille âme et une sensibilité derrière ses créations folk de l’album Solitudes et c’est pourquoi l’album est excellent. Je dirais tout de même qu’il occasionne encore plus d’émotions en spectacle. Se laissant emporter par moments avec ses musiciens, mais également en ajoutant une légère agressivité dans sa douce voix, ce qui a charmé les spectateurs.

Après avoir joué The King et Opprobium, nous avons eu l’exclusivité d’une chanson qui n’est pas sur l’album, mais que Matt espère ajouter à son prochain. Écrite dans le camp de chasse d’un ami de la région, la pièce Fuite d’eau, qui nous répète les mots «Je ne suis pas imperméable», nous donne envie d’être en forêt, accompagnés d’êtres chers et de savourer des moments de simplicité.

Il a terminé le spectacle avec la pièce l’Imposteur, qu’il a décrite comme sa chanson la plus personnelle, ainsi que Wild Drums où je me suis laissée séduire par son accompagnement à l’harmonica.

Les chansons du spectacle ont été livrées dans le même ordre que l’album, c’est pourquoi il a terminé avec les pièces Undone et Solitudes en rappel. Durant Undone Matt a laissé la scène à ses musiciens en ayant que sa voix comme instrument. Dès les premiers accords de Solitudes, un silence parfait s’installa dans la salle car les auditeurs se laissaient guider par les mélodies acoustiques d’une pièce que je qualifierais de magique. C’est également ce qualificatif que j’utiliserais si je devais décrire ce spectacle en un seul mot.

Je vous présente les photos prises par notre photographe Alex Deschênes qui décrivent assez bien l’ambiance du spectacle.

[gallery type="rectangular" td_select_gallery_slide="slide" ids="35861,35859,35858,35856,35852,35854,35860"]]]>

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *