[SPECTACLE] Louis-Jean Cormier fait chanter l'Impérial Bell, 11 novembre 2016

Louis-Jean Cormier souvent au cours des derniers mois. Pourtant, l’auteur-compositeur-interprète réussit toujours à offrir quelque chose de neuf à ses nombreux fans. En formation complète? Check. Avec un orchestre symphonique? Check. En formule big band? Check. Il ne restait plus qu’à le voir, seul, avec sa guitare. On peut maintenant dire Check à ça aussi. [caption id="attachment_34224" align="alignright" width="300"]Louis-Jean Cormier, Impérial Bell, 11 novembre 2016 Louis-Jean Cormier, Impérial Bell, 11 novembre 2016[/caption] Je vous avoue que j’avais quelques réticences à propos de cette série de spectacles intitulée Les passages secrets (grandes artères, passages secrets, la pognes-tu?). C’est que, voyez-vous, on a toujours connu Louis-Jean comme un grand trippeux de musique et il semble si bien quand il est entouré de complices avec qui il peut jammer ou chanter en harmonie qu’on se demandait s’il n’allait pas se sentir un peu seul sur la grande scène de l’Impérial Bell. C’était sans compter sur les centaines de fans trop heureux de payer pour avoir le privilège de faire partie de la Chorale à Louis-Jean. Lorsque celui-ci est entré sur scène à 20 h 3 (ah, les vedettes, toujours en retard!), la foule a applaudi à tout rompre. Un peu plus, je n’aurais pas été surpris si le public s’était levé pour l’accueillir tel un dieu grec (après tout, il en a le profil…). Visiblement ému, Cormier s’est laissé transporter quelques instants par ce chaleureux accueil avant de se lancer sur L’ascenceur. Il n’a pas fallu attendre longtemps avant que la foule se joigne à Cormier pour chanter le refrain… Dis-moi où, dis-moi où c’est qu’on descend… Déjà la chair de poule. Pas facile de prendre des photos dans ce contexte! Question de ne pas avoir l’air perdu sur la grande scène, Louis-Jean s’était entouré d’un dispositif d’éclairage sobre, mais efficace, qui était accompagné de jolies projections. Ainsi, difficile de quitter Cormier des yeux! Bien pensé. [caption id="attachment_34229" align="alignleft" width="300"]Louis-Jean Cormier, Impérial Bell, 11 novembre 2016 Louis-Jean Cormier, Impérial Bell, 11 novembre 2016[/caption] Sur Si tu reviens, Cormier s’arrête un instant (un classique), question d’inviter le public à faire ce qu’il veut. Comme il le dit si bien, c’est un show libre. La foule, polie, chante avec lui en tapant des mains. Belle foule un brin sage, d’ailleurs, qui écoute lorsqu’elle ne chante pas. Ah, cher public, si tu pouvais toujours être aussi agréable! Les belles chansons se succèdent, Cormier se promène allègrement entre ses deux albums solo. Il n’a jamais aussi bien porté le nom de son compte Facebook (Louis-Jean solo). Entre les chansons, il badine avec l’humour qu’on lui connaît. Après une Saint-Michel où on avait l’impression qu’il était avec son band, il se lance dans Tout le monde en même temps, un joli moment de communion où il invite les gens à chanter avec lui. On est loin de se faire prier! Il s’arrête à quelques reprises parce qu’on se trompe un peu, lance quelques blagues (les oreilles de Mario Pelchat ont du siller!), tout le monde est heureux! Après une vingtaine de minutes de pause bien méritées (tant pour Cormier que pour le public), on repart avec une deuxième partie forte en émotions. Nous avons notamment eu droit à deux beaux morceaux de Karkwa, soit Le pyromane et Le vrai bonheur (a-t-on besoin de rappeler que Les chemins de verre, d’où sont issus ces beaux morceaux, a permis au groupe montréalais de remporter le prix Polaris?), suivi d’une interprétation un brin bouleversante de Dance Me To the End of Love, de Leonard Cohen. Vibrant hommage à un monument de la chanson d’ici, hommage encore plus exceptionnel quand on sait à quel point il est rare que Cormier chante en anglais dans ses spectacles… Bien entendu, on a applaudi ce moment très spécial à tout rompre. Tant qu’à être tout chamboulés, aussi bien continuer à nous émouvoir avec Le monstre. Oui, ça manquait un peu d’harmonies vocales, mais cette chanson demeure magnifique. Quiconque a déjà eu maille à partir avec ce monstre peut en témoigner. [caption id="attachment_34242" align="alignright" width="300"]Louis-Jean Cormier, Impérial Bell, 11 novembre 2016 Louis-Jean Cormier, Impérial Bell, 11 novembre 2016[/caption] Évidemment, après le « Merci, à bientôt » qui a suivi La fanfare, dernière chanson au programme officiel de la soirée, personne n’est allé chercher son manteau. Si les spectateurs se sont levés, c’était surtout pour ovationner Cormier, encore une fois touché droit au coeur, qui est aussitôt revenu sur scène pour un premier rappel. Il a invité deux jeunes femmes à monter sur scène. Coïncidence, les deux avaient le même prénom : Héloïse (avec un nom de famille composé… probablement des altermondialistes sans gluten, précise Cormier avec humour). Les deux se sont fait chanter une jolie sérénade, soit une reprise de… Martine Saint-Clair : L’amour est dans tes yeux! Quand je suis parti au début du deuxième rappel, l’Impérial était encore bien plein. Il le serait resté très longtemps, je pense… Une grand-messe fort réussie, Louis-Jean. T’étais pas le seul à te dire « Hostie que j’ai du fun »! Quelqu’un s’attendait à moins? Tu reviendras. On va être fidèles au poste, prêts au combat. 🙂 [gallery type="rectangular" td_select_gallery_slide="slide" ids="34222,34223,34224,34225,34226,34227,34228,34229,34230,34231,34232,34233,34234,34235,34236,34237,34238,34239,34240,34241,34242"]]]>

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *