DJ Windows 98, L'Anti Bar et spectacles, 22 septembre 2016

Photos : Sébastien Ouellet La curiosité et l’amour pour le groupe Arcade Fire ont attiré énormément de gens à l’Anti Bar et Spectacles en cet autre jeudi soir pluvieux sur Québec cité. Décidément, l’automne est débarqué en ville! En effet, l’Anti a frappé un grand coup en mettant la main pour une soirée, sur le projet DJ de Win Butler, co-leader d’Arcade Fire alias DJ Windows 98. À mon arrivée, il y a déjà une belle ambiance dans la salle, quoique la foule est plus en mode jasette que steppette. La proposition de DJ Duchesse est pourtant invitante aux déhanchements avec ses enchaînements efficaces de groove funky, soul et disco. Cette dernière dégage une belle énergie sur scène, ce qui peu à peu anime les personnes présentes qui réchauffent enfin comme il se doit, le ‘dancefloor’,  agrémenté d’une énorme boule argentée. Durant cette prestation entraînante, Win Butler, portant un beau chapeau de cowboy peau de vache, se permet un bain de foule assez discret mais accessible, discutant gentiment avec ceux qui osent se présenter à lui. Le public est définitivement venu pour découvrir ce que le chanteur charismatique a à présenter aux platines. Entre les 2 DJ, aucun temps mort, Windows 98 prenant le relais de la Duchesse avec une chanson soul à souhait qui reste dans le ton proposé jusqu’à maintenant. Le public est plus à l’écoute et s’avance vers la scène éclairée sobrement de rouges lumières tamisées. Histoire que tous saisissent bien le concept, Win prend alors le micro et déclare en français ‘C’est pas un spectacle, tu peux danser si tu veux!’ suivi du tube des années 90 ‘Gangsta’s Paradise’ de Coolio. On repassera pour l’originalité mais cela fait son effet sur la piste. Pour la suite, on restera dans le thème ‘discothèque du passé’ avec des succès d’ABBA, de Donna Summer au ‘ Rock Your Baby’ de George McCrae. On s’entend que M. Butler n’a pas besoin de jouer les DJ dans les bars pour arrondir ses fin de mois. Plus la soirée avance, plus il s’amuse et visiblement se fait plaisir en partageant son amour de la musique. Prenant le micro à quelques reprises pour chanter ou cognant sur sa cloche à vache, on retiendra ce beau moment durant ‘Sexual Healing ‘ de Marvin Gaye dans une version plus rythmée où la foule claque des mains en s’exclamant très fort au diapason avec le maître de cérémonie. Au final, il y en a pour tous les goûts, pigeant dans les répertoires de MIA, Nine Inch Nails et Bowie, pour en nommer que quelque-uns. Ce mélange hétéroclite  a semblé en dérouter plus d’un qui ont quitté rapidement, s’attendant peut-être à retrouver ce qui se fait sur Grande-Allée, mais d’autres se sont ajoutés pour continuer la fête dansante et diversifiée, somme toute classique de DJ Windows 98. [gallery type="rectangular" td_select_gallery_slide="slide" ids="32632,32631,32630,32629,32628,32627,32626"]]]>

1 commentaire
  1. En résumé, est-ce que tu as apprécié le concert ou non? Y’a probablement des éléments que t’as plus ou moins aimé? J’y étais et le vrai ton du spectacle, il n’est pas vraiment abordé dans cet article.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *