Critique : Antoine Corriveau – « Les ombres longues »

Un par un, où Corriveau se veut conteur et joue autant ses émotions qu’il les chante.Les arrangements sont solides, la guitare électrique s’harmonise parfaitement avec l’harmonica, c’est simple : On dépasse la musique, on tombe dans l’artisanat. Antoine CorriveauLa surprise de la première chanson tombe, le rythme s’accélère. On fait des parallèles, mais pas trop, parce que franchement, ce folk-là se démarque. Il est sombre, mais il n’a pas peur de se salir les mains. Les chansons rythmées et plus introspectives se succèdent. Le paysage défile sous nos yeux, les fenêtres sont baissées, nous avons les cheveux au vent. Le soleil est couché depuis peu, la lumière faiblit. Tout est parfait. On voudrait que la route s’étire à l’infini. Le charme dure et ne faiblit pas au fil des écoutes. Au contraire, chaque écoute m’a amené son lot de petites trouvailles, de bijoux sonores magnifiques. Les arrangements sont soignés, la réalisation est sans tache. Gros, gros, gros faible pour Le nouveau vocabulaire. Coup de coeur.

[bandcamp width=100% height=120 album=2852678535 size=large bgcol=ffffff linkcol=e99708 tracklist=false artwork=small t=5]

Antoine Corriveau – Les ombres longues (Coyote Records – Abuzive Muzik) 9/10

]]>

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *