Critique : Kevin Thompson – « Les roses »

Pour cet album entièrement dans la langue de Molière, Thompson et Marchand (qui joue les musiciens plutôt que les réalisateurs) se sont concentrés sur l’émotion brute qui se dégage des dix chansons folk intimistes qui chante l’amour sous toutes ses formes. Les pièces sont fort jolies, les mélodies sont d’une belle douceur et les arrangements, bien que minimalistes, comportent leur lot de petits bonbons pour les oreilles (percussions, cuivres, etc.). Rien ne semble forcé, tous les éléments s’enchaînent naturellement, rien n’est de trop, rien ne manque. C’est propre, propre, propre. En plus de Marchand, Thompson a pu profiter de la collaboration de Martha Wainwright sur La rose, la pièce d’ouverture, où madame, sublime comme jamais, vole la vedette au falsetto tout à fait correct de Thompson. J’aime bien Ne dis à personne, toute douce et imagée. Fait penser un peu à Belle and Sebastian. En fait, si on veut vraiment chercher des poux  à Kevin Thompson, on pourra toujours dire que de beaux jeunes hommes qui chantent l’amour en falsetto, il commence à y en avoir beaucoup. Et que même si cet album nous accroche, et qu’il est agréable, il ne suscite pas de grand coup de coeur chez ce critique. Mais bon, cela n’enlève rien aux qualités de cet album fort sympathique qui s’écoute tout en douceur au coin du feu un soir frisquet de février. Vous avez ma bénédiction.

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=EtvEkhr7CJU&w=480] Site Web

Kevin Thompson – « Les roses » (Audiogram) 7/10

]]>

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *